BFM Business

Les géants de la Silicon Valley vont donner leur chance aux femmes

Le fonds Intel Capital Diversity financera des start-up technologiques dirigées par des femmes et des représentants de minorités.

Le fonds Intel Capital Diversity financera des start-up technologiques dirigées par des femmes et des représentants de minorités. - Robyn Beck-AFP

Intel met 125 millions de dollars pour financer des start-up créées par des femmes. Apple a mis en scène deux dirigeantes lors de sa récente Keynote. La Silicon Valley rattrape des années de domination masculine.

Intel se met au diapason de la diversité au sens californien du terme. Son fonds Capital Diversity Fund a été doté de 125 millions de dollars. Objectif: investir dans des jeunes entreprises technologiques dirigées par des femmes ou par des représentants de minorités.

Ses premiers investissements concernent quatre entreprises -Brit+Co, CareCloud, Mark One et Venafi- qui opèrent dans des domaines très divers, de l'Internet des objets, en passant par le cloud ou la cybersécurité.

Ce fonds vient compléter le programme Diversity in Technology d'Intel, d'un montant de 300 millions de dollars qui a été annoncé en janvier 2015. Un programme conçu pour encourager la diversité au sein d'Intel.

Ce géant a promis d'atteindre une représentation pleine et entière des femmes et des minorités au sein de ses effectifs employés aux Etats-Unis, d'ici 2020. Seules 15% des entreprises financées par des investisseurs en capital-risque aux Etats-Unis ont une femme dans l'équipe de direction, selon un récent rapport du Babson College, cité par Intel.

La récente Keynote d'Apple a accueilli deux femmes sur scène

Les entreprises dont le PDG est une femme reçoivent seulement 3% des investissements globaux en capital-risque, selon Intel. En outre, moins de 1% des fondateurs d'entreprises de la Silicon Valley sont afro-américains ou latinos; près de 100% des fondateurs financés sont blancs ou asiatiques,

Si les têtes d'affiche des start-up à succès de la Silicon Valley restent masculines (Mark Zuckerberg pour Facebook, Elon Musk pour SpaceX, Travis Kalanick pour Uber), les choses évoluent progressivement dans le sens d'une féminisation des cadres dirigeants des grandes firmes technologiques américaines.

Lors de la récente Keynote d'Apple, au cours de laquelle a été présenté le nouveau service de streaming de musique, deux femmes ont, pour la première fois, eu l'honneur de monter sur scène pour présenter des nouveautés: Jennifer Bailey, vice-présidente de l'activité Apple Pay (paiement électronique) et Susan Prescott, qui a introduit la nouvelle application d'informations (News).

Pour symbolique qu'elle soit, cette mise en avant de femmes dirigeantes chez Apple, montre, comme pour Intel, la volonté de changer l'image de la Silicon Valley, où les hommes tiennent encore fermement les manettes.