BFM Business

Le très beau cadeau de Microsoft aux salariés... de ses fournisseurs

Microsoft fait exception aux Etats-Unis en demandant à ses fournisseurs d'appliquer 15 jours de congés payés à leurs salariés.

Microsoft fait exception aux Etats-Unis en demandant à ses fournisseurs d'appliquer 15 jours de congés payés à leurs salariés. - Getty Images North America AFP Stephen Brashear

Microsoft veut imposer à ses fournisseurs américains qu'ils accordent 15 jours de congés payés à leurs employés. Bon prince, l'éditeur de logiciels prévoit de les aider à financer ce surcoût.

Certains salariés n'en croiront sans doute pas leurs yeux. Du moins aux Etats-Unis, un pays où seuls les enfants ont le droit à de grandes vacances. Microsoft a décidé que ses salariés ne devaient plus figurer parmi les privilégiés à bénéficier de plusieurs semaines de congés payés. Comment ? En imposant à ses fournisseurs d'en faire autant avec les leurs.

"Nous pensons que les congés payés sont un avantage important pour les salariés dans notre économie" a écrit le secrétaire général du groupe, Brad Smith dans un blog officiel de la compagnie.

L'éditeur américain va donc mettre en place une clause obligeant ses fournisseurs à se mettre au diapason de ses propres règles en la matière, quitte à en assumer le surcoût financier. Dans son blog, le dirigeant de Microsoft explique qu'il s'engagera à ce que les employés de ses fournisseurs bénéficient d'au moins 15 jours de congés payés.

Seules les sociétés de plus de 50 salariés seront concernées

Le groupe précise qu'il pourrait prendre à sa charge une partie du surcoût induit sur les charges salariales. "Nous reconnaissons que cette approche va augmenter les coûts de certains de nos fournisseurs. Notre projet est de travailler avec eux pour mettre en oeuvre ces évolutions au cours de douze prochains mois. Nous estimons que cela va induire des coûts supplémentaires pour Microsoft et nous allons mettre en place un processus pour résoudre ce problème avec nos fournisseurs" explique Brad Smith.

Mais attention, le coup de pouce financier du géant américain se limitera au financement des vacances des salariés ayant au moins 9 mois d'ancienneté (1.500 heures) et réalisant une partie substantielle de leur travail pour le compte de Microsoft. De plus, cette règle ne s'appliquera qu'aux fournisseurs employant plus de 50 salariés aux Etats-Unis. 

Ce qui fait tout de même beaucoup de monde. Le puissant éditeur de logiciels ferait travailler, selon certains estimations, entre 30.000 et 50.000 entreprises. Sont concernés des domaines aussi variés que la gardiennage ou la maintenance technique de ses installations, sans parler de la sous-traitance liée directement à son métier de conception de logiciel (conseil, développement de programme).

L'administration Obama fait la promotion des congés payés

Brad Smith se livre pour l'occasion à un véritable plaidoyer social que ne renieraient pas nos syndicats en Europe: "Les études montrent que les congés payés contribuent à la santé et au bien-être des employés et de leur famille" explique-t-il sans ambages.

Même s'il reste une exception outre-Atlantique, où aucune loi n'a jamais imposé cet acquis social, Microsoft serait-il dans l'air du temps? Aux Etats-Unis, l'administration Obama va entamer le 1er avril 2015, une campagne visant à promouvoir les congés payés auprès des employeurs.

Le secrétaire d'Etat au travail, Thomas Perez, et la conseillère de la Maison blanche, Valérie Jarrett, entameront un tournée dans plusieurs des Etats qui débutera à Seattle, fief de Microsoft...

Frédéric Bergé