BFM Business

Le premier datacenter sous-marin de Microsoft est made in France

VIDÉO - Microsoft a choisi le Français Naval Group pour concevoir la coque pressurisée de son datacenter immergé début juin 2018 au large de l'Écosse. Il sera exploité à distance durant un an, étant conçu pour rester 5 ans sous l'eau.

Après les zones froides du globe, certains géants de l'internet s'intéressent aux fonds marins pour rafraîchir leurs datacenter énergivores. Microsoft a immergé avec succès début juin 2018 au large de l’archipel des Orcades (au nord de l'Écosse) un conteneur cylindrique de 10 mètres de long, totalement étanche. Ce sous-marin inerte embarque 12 racks ("étagères") de 864 serveurs et leur capacité de stockage équivalente à près de cinq millions de films.

Une base triangulaire (appelée structure d’amarrage sous-marine) a assuré le positionnement de l'ensemble au fond de l’océan. La température très fraîche de l’environnement sous-marin de la mer du Nord refroidit le datacenter grâce à un système d’échange air-eau.

L'énergie nécessaire au refroidissement réduite de 95%

"L’installation sous-marine nous permet de réduire les besoins énergétiques liés au refroidissement de près de 95%" a commenté Ben Cutler, directeur de ce projet chez Microsoft Research.

Mais la conception, l'assemblage et les tests de ce système amphibie ont été effectués en France, Microsoft ayant choisi de collaborer avec Naval Group, filiale à 62,5% de l'État français. L'industriel naval, héritier des arsenaux français, a conçu la coque étanche et pressurisée qui protège les serveurs informatiques immergés.

Ce sont 864 serveurs qui ont été installés dans la coque pressurisée et étanche conçue par Naval Group pour Microsoft.
Ce sont 864 serveurs qui ont été installés dans la coque pressurisée et étanche conçue par Naval Group pour Microsoft. © .Franck Betermin-Microsoft

Aidé de sa filiale Naval Energies, le groupe français s'est appuyé sur ses compétences industrielles impliquant les sites de Nantes-Indret (design), Cherbourg (tests), Lorient (fabrication de la station d’amarrage sous-marine) et Brest (design et fabrication de l’enveloppe pressurisée).

Le datacenter installé dans un cylindre inspiré des constructions sous-marines de Naval Group est conçu pour rester sous l'eau pendant cinq ans, sans intervention directe. Il restera en activité toute une année afin d’évaluer ses performances en conditions réelles d’utilisation.

Des énergies renouvelables alimentent le datacenter

Pour Microsoft, l'immersion dans les eaux froides de la mer du Nord constitue un système de refroidissement naturel. En outre, en étant installé près de la côte, le géant américain estime que "ce type d’installation, moins énergivore, peut être approché des consommateurs, réduisant ainsi les délais de latence: la moitié de la population mondiale vit à moins de 200 kilomètres de la mer."

Enfin, le système informatique immergé bénéficie de la zone de test du Centre Européen pour les Énergies Renouvelables, située à proximité au nord de l'Écosse. Des éoliennes et l'énergie issue des vagues vont générer de l'électricité qui alimentera par un câble le datacenter sous-marin.

Frédéric Bergé