BFM Business

La première voiture sous Android est une Hyundai

Android Auto fournit  sur la Sonata de Hyundai un système embarqué de divertissement et d'aide à la navigation.

Android Auto fournit sur la Sonata de Hyundai un système embarqué de divertissement et d'aide à la navigation. - Frederic J.Brown-AFP

La berline familiale Sonata embarque le logiciel Android Auto qui interagit avec avec le smartphone du conducteur. Google prend de l'avance sur Apple et son système Carplay.

En attendant la voiture autonome, Google et ses logiciels pour smartphones vont-ils vous assister et vous divertir au volant ? Hyundai devient le premier constructeur automobile à proposer la plate-forme logicielle Android Auto sur une voiture commerciale en production, à savoir ses nouveaux modèles Sonata commercialisés aux Etats-Unis dans les prochaines semaines.

Outre cette grande berline familiale, d'autres véhicules du constructeur coréen seront concernés à court terme par cette intégration au tableau de bord, de l'intelligence "made in Google".

Son système n'interagit pas avec l'électronique embarquée du véhicule, domaine réservé des constructeurs automobiles, mais concerne le divertissement (musique) et l'aide à la navigation pour le conducteur.

Google fournit, sur l'écran du véhicule, ses services et applications (cartographie, reconnaissance vocale, écoute de musique) grâce au smartphone Android du conducteur connecté par la prise USB de la voiture.

Il ne remplace pas les systèmes "intelligents" embarqués par les constructeurs automobiles mais vient se superposer pour faciliter l'interaction avec le smartphone du conducteur et ses applications mobiles.

Le smartphone est verrouillé pendant la conduite

A la mise en marche du système Android Auto sur l’écran tactile du tableau de bord, le clavier du téléphone est automatiquement verrouillé, pour dissuader le conducteur d'utiliser son mobile. On interagit avec le système via l'écran tactile du véhicule, les boutons de commande au volant ou par commandes vocales.

Parmi les applications "intelligentes" possibles, les interactions entre la voiture et le smartphone ouvrent, par exemple, la possibilité d'un guidage automatique du conducteur, grâce à l'accès à l'agenda de son téléphone mobile. En détectant que le conducteur part en déplacement professionnel, le système le guidera jusqu'à l'aéroport ou la gare le plus proche

Pour Google, la commercialisation d'un premier véhicule commercial survient à peine un an, après le lancement de sa panoplie de logiciels Android Auto.

Google a créé un consortium regroupant plusieurs constructeurs auto

Pour fédérer les constructeurs automobiles autour de son initiative, il est à l'origine du consortium Open Automotive Alliance auquel participent notamment Hyundai, Audi, GM et Honda.

Dans la "guerre" commerciale qui l'oppose à Apple, lequel dispose de son système de divertissement et de navigation embarquée CarPlay intergissant avec l'iPhone, Google a pris un peu d'avance.

L'argument développé par les géants de l'informatique pour convaincre les constructeurs automobiles d'opter pour leur système, consiste à proposer une navigation et une interaction fluides entre le téléphone mobile et ses applications populaires et le système embarqué dans les voitures.

Frédéric Bergé