BFM Business

La poste belge veut arrêter de distribuer le courrier tous les jours

Koen Van Gerven, patron de Bpost

Koen Van Gerven, patron de Bpost - LAURIE DIEFFEMBACQ / BELGA / AFP

Face aux mauvais résultats du secteur du courrier, le PDG de Bpost, la poste belge, souhaite mettre fin à la distribution quotidienne par les postiers pour faire des économies.

Chaque année, le secteur du courrier poursuit un peu plus son déclin et aucun pays ne semble être épargné. En Belgique, les résultats de Bpost, l'entreprise en charge de la distribution du courrier, pâtissent de la chute du segment. Entre 2013 et 2017, le groupe a accusé une perte de chiffre d'affaires de 266 millions d'euros. Ces derniers mois, il a également vu sa valeur boursière réduite de moitié.

Parallèlement, le colis est en plein boom avec une croissance de 28,3% au premier trimestre 2018 et 28,2% sur l'ensemble de l'année 2017. Entre 2013 et 2017, l'activité du secteur a même augmenté de 81% chez Bpost pour atteindre les 109 millions d'euros de chiffre d'affaires. Insuffisant néanmoins pour couvrir les pertes imputables à la chute du courrier: "Compenser avec la distribution de colis en Belgique? Non. C’est clair depuis un certain temps. Il faut oublier ça", assure au quotidien Le Soir le PDG de Bpost, Koen Van Geven.

Des tournées en J+2 ou J+3

"Il est temps de préparer le modèle suivant pour assurer la pérennité de l'entreprise", explique celui qui souhaite "élargir le spectre" des activités du groupe. Un objectif qui passe selon lui par la suppression de la distribution quotidienne de courrier:

"Le client nous dit que le courrier papier n’est plus un moyen prioritaire pour une communication urgente. Il peut vivre avec un courrier qui arrive non pas le lendemain mais deux ou trois jours plus tard. [...] Je précise qu’à côté d’une offre J+2 ou J+3, nous continuerons à proposer une distribution en J+1 pour les clients qui le désirent", a indiqué le patron des postiers belges.

Paul Louis