BFM Business

L'Islande se dote de sa version du Bitcoin

Les auroracoins s'échangent actuellement pour un peu plus de 11 dollars sur internet.

Les auroracoins s'échangent actuellement pour un peu plus de 11 dollars sur internet. - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

Une nouvelle monnaie électronique a été mise gratuitement à disposition des Islandais, ce mardi 25 mars. Conçue sur le modèle du Bitcoin, l'Auroracoin se voit comme un moyen de contourner les régulations islandaises.

Pour mettre ses compatriotes aux monnaies virtuelles, un Islandais a décidé de distribuer sa version, l'Auroracoin, gratuitement. Depuis ce mardi 25 mars, les Islandais peuvent se connecter à un site depuis leur compte Facebook et recevoir 31,8 auroracoins.

Le cadeau n'est pas sans valeur: pour les autres habitants du monde, les auroracoins s'échangent, au moment de l'écriture de cet article, pour 11 dollars 37, selon le site Coinmarketcap. Un peu plus de 350 dollars par Islandais, donc.

La moitié des auroracoins distribués, l'autre moitié à "miner"

Le créateur de l'Auroracoin, un anonyme connu sous le nom de Baldur Friggjar Odinsson, a créé sa monnaie sur le modèle du Bitcoin, et d'une autre monnaie digitale, le Lightcoin. Comme ses deux prédécesseurs, l'Auroracoin a un palier fixe de pièces disponibles.

Mais si la moitié de ces auroracoins rentrent sur le marché depuis le mois de février grâce aux internautes, qui les "minent" avec un programme, comme pour le Bitcoin l'autre moitié a été distribuée gratuitement aux Islandais.

Les autorités islandaises ne sont pas convaincues

Le créateur de la monnaie, au pseudonyme inspiré par la mythologie nordique, dit vouloir libérer son pays de la dictature des marchés bancaires et des régulations nationales.

Depuis la crise de 2008, qui avait fait chuter de 6,6% le PIB du pays en 2009, l'Islande régule de façon très stricte les échanges monétaires. Selon son créateur, l'Auroracoin permettrait donc aux Islandais d'échanger avec l'étranger, sans avoir à se conformer aux lois de l'île.

L'initiative n'enthousiasme pas le gouvernement. Le parlement a tenu une audience non-publique en février à ce sujet.

"Les autorités islandaises veulent rappeler au grand public les risques possibles liés à l'achat, le stockage, ou les transactions effectuées avec de telles monnaies", avaient annoncé les autorités islandaises, dont les ministères des Finances et de l'Intérieur, dans un communiqué commun, jeudi 20 mars.

Joseph Sotinel