BFM Business

L'idée d'Amazon pour "ubériser" les professionnels de la livraison

D’abord lancé à Seattle, ville natale d’Amazon, "Flex" sera déployé progressivement à New York, Baltimore, Miami, Dallas, Austin, Chicago, Indianapolis, Atlanta et Portland. Et l'Europe, c'est pour quand?

D’abord lancé à Seattle, ville natale d’Amazon, "Flex" sera déployé progressivement à New York, Baltimore, Miami, Dallas, Austin, Chicago, Indianapolis, Atlanta et Portland. Et l'Europe, c'est pour quand? - Amazon

Avec son nouveau service de livraison, Amazon propose à tous ceux qui possèdent une voiture et un smartphone sous Android de gagner une vingtaine d’euros par heure en livrant des colis.

Difficile de demander à une entreprise de livraison d’être disponible à tout moment pour livrer des milliers de colis aussi vite que possible. D'autant que la promesse du service Prime Now aux Etats-Unis est de livrer des produits frais en une heure. Pour y parvenir, Amazon n’a pas choisi de recruter des milliers de personnes ni de passer un contrat avec un spécialiste de la logistique. Son idée est plutôt de s’inspirer des modèles d’Uber ou d’AirBnB.

Avec la plateforme "Flex", il propose à tous ceux qui veulent arrondir leurs fins de mois de porter des colis pour une rémunération de 18 à 25 dollars de l’heure. Si une personne travaille 8 heures par jour et cinq jours par semaine, il pourrait gagner entre 2.800 et 4.000 dollars par mois.

"Livrez quand voulez et autant que vous voulez"

En échange de ce revenu, il faudra être majeur (21 ans), disposer d’un véhicule et d’un smartphone sous Android. Autre impératif, avoir un casier judiciaire vierge. Par contre, le groupe ne donne aucune indication en ce qui concerne l’assurance. Ces livreurs occasionnels devront-ils souscrire un contrat particulier comme les professionnels? Amazon ne le demande pas.

Par contre, il promet de gagner de l’argent en travaillant beaucoup. Sur ce point, le message de Jeff Bezos est clair: "Devenez votre propre chef: livrez quand vous voulez, autant que vous voulez".

Pour le moment, ce service se développe seulement aux États-Unis. D’abord lancé à Seattle, ville natale d’Amazon, il sera déployé progressivement à New York, Baltimore, Miami, Dallas, Austin, Chicago, Indianapolis, Atlanta et Portland. Pour le reste de monde, il faudra attendre. Pour le moment, Le groupe ne donne aucun détail sur le lancement de Flex hors des États-Unis.

https://twitter.com/PascalSamama Pascal Samama Journaliste BFM Éco