BFM Business

L'homme qui avait écarté Steve Jobs d'Apple lance son smartphone

Des téléphones "conçus à San Francisco" et dont le look rappelle un peu celui des Lumia de Microsoft.

Des téléphones "conçus à San Francisco" et dont le look rappelle un peu celui des Lumia de Microsoft. - Obi Worldphone

Obi Worldphone, une nouvelle société californienne, va lancer des smartphones design et pas chers. Son co-fondateur, John Sculley, n’est autre que l'ancien PDG d’Apple qui avait écarté Steve Jobs en 1985.

Des smartphones design et pas trop chers pour les jeunes sur les marchés émergents. Voilà ce que va lancer en octobre prochain la société Obi Worldphone, start-up californienne créée en 2014. Des téléphones sous Anrdoid "conçus à San Francisco", précise le site de la marque et dont le look rappelle un peu celui des Lumia de Microsoft. La société va lancer deux modèles : un SF1 axé sur la qualité d’écran, un autre, le SJ1.5, sur la photo et l’autonomie. Le premier sera vendu 199 dollars, le second 129, selon le site Engadget.

Le SF1 (à gauche) propose un écran Full HD, le SJ1.5, une batterie longue durée.
Le SF1 (à gauche) propose un écran Full HD, le SJ1.5, une batterie longue durée. © OBI Worldphone

Une marque et un positionnement intéressant et un PDG qui n'est pas un inconnu dans le monde de la high-tech américaine. Il s'agit en effet de John Sculley, l'homme qui est resté célèbre pour avoir écarté Steve Jobs d'Apple en 1985. Rappel des faits: en 1983, Steve Jobs cherche un PDG pour Apple afin de se consacrer lui-même pleinement à l'innovation. Il a alors le coup de foudre pour un certain John Sculley, as du marketing et patron de Pepsi. Jobs le rencontre et lui dit cette phrase restée célèbre: "Vous comptez vendre de l'eau sucrée toute votre vie ou vous voulez changer le monde avec moi?"

Steve Jobs en larme

Après quelques mois de réflexion, le New-Yorkais acceptera finalement de partir en Californie diriger ce qui n'est alors qu'une start-up de l'informatique. Une erreur que Steve Jobs regrettera toute sa vie comme l'indique Walter Isaacson dans sa biographie sur le créateur d'Apple. La recrue qui ne connait rien à l'époque à l'informatique tente d'appliquer les recettes de la grande consommation à cet univers (prix bas, innovation limitée, gros investissements marketing...). Steve Jobs l'accuse de brider la créativité du groupe avec sa gestion serrée des coûts. La relation entre les deux ne cessera de se détériorer tout au long de leur collaboration. D'autant que les ventes de Mac, le grand projet de Jobs, s'avéreront décevantes en 1984.

La guerre éclate donc entre les deux hommes et le conseil d'administration choisit de soutenir le PDG plutôt que le fondateur lors d'une réunion épique où Steve Jobs finit en larme et claque la porte. John Sculley restera donc à la tête d'Apple jusqu'en 1993. Il ne dirigera plus de grandes sociétés par la suite se consacrant au financement de start-up dans la Silicon Valley. Avec sa nouvelle Obi Worldphone, il va donc retrouver Apple mais cette fois sur son chemin.

Frédéric Bianchi