BFM Business

L'écran reste le maillon faible des smartphones

L’écran est exposé aux mauvaises chutes. Le plus souvent, seule la vitre est endommagée.

L’écran est exposé aux mauvaises chutes. Le plus souvent, seule la vitre est endommagée. - Lionel Bonaventure-AFP

Dans 7 cas sur 10, les pannes constatées sur un smartphone tiennent à des problèmes sur l'écran, selon UFC-Que Choisir. Et le coût moyen d'une réparation dépasse les 90 euros.

L’écran de votre smartphone vous a déjà causé des frayeurs? Rien se surprenant à cela puisque ce composant exposé et vulnérable reste la cause des pannes constatées dans 69% des cas, selon une enquête de UFC-Que Choisir réalisée auprès de 1.704 abonnés à sa newsletter.

Le plus souvent, seule la vitre est endommagée. Ce problème constitue 50% des cas de "pannes". Et c'est bel et bien une calamité pour le propriétaire du smartphone ainsi endommagé. Car si l'écran est fendu ou cassé à la suite d'une chute, la garantie légale ne couvrira pas la panne.

Pire encore, "il arrive aussi assez fréquemment (19%) que la dalle LCD soit touchée, auquel cas il est indispensable de changer le bloc écran dans son entier" explique l'association de consommateur. 

La deuxième cause de panne la plus fréquente est liée à la batterie (15%). S'il n'y rien de bien sorcier à la changer soi-même lorsque cet élément donne des signes de faiblesse, UFC-Que Choisir souligne que nombre de smartphones ont une batterie non amovible. "Dans ce cas, les manipulations sont plus délicates, car il faut alors ouvrir le téléphone" souligne l'association.

Les réparations sont effectuées en boutiques le plus souvent

Les autres pannes (16%) concernent le bouton marche/arrêt, la face arrière de l’appareil ou encore le connecteur qui permet de recharger le smartphone.

Confrontés à une panne de leur smartphone, la plupart des consommateurs s'en remettent très majoritairement à un réparateur (71% des personnes interrogées).

L'enquête montre que la plupart des smartphones à réparer sont de marques Apple et Samsung. "Il s’agit donc d’équipements assez haut de gamme (338 euros en moyenne) qui ont toujours de la valeur sur le marché de l’occasion et qu’il est donc souvent intéressant de faire réparer" explique l'association de consommateurs.

Les réparations sont effectuées en boutique dans 85% des cas, ce qui n'est surprenant puisque les réparateurs indépendants ont pignon sur rue. Le coût moyen constaté avoisine 94 euros, pour une réparation effectuée en une heure environ.

-
- © UFC-Que Choisir

L'alternative moins coûteuse consiste à recourir à des sites Internet dédiés à la réparation de smartphones et de tablettes, mais il faudra alors se montrer patient. Les délais de réparation sont de 13 jours en moyenne pour un coût moyen de 91 euros.

L'enquête d'UFC-Que Choisir révèle aussi que 24% des personnes interrogées indiquent, qu’après réparation, leur smartphone soit ne fonctionne toujours pas soit se révèle moins performant qu’avant le dommage.

L'insatisfaction la plus répandue concerne plus l’écran tactile devenu moins sensible (à cause d’un écran de mauvaise qualité), mal repositionné, ou sous lequel le technicien a laissé une poussière visible.

21% des Français réparent eux-mêmes leur smartphone

D’autres consommateurs se plaignent de pannes non réparées (problèmes de connexion au réseau, jeu dans la coque arrière) ou de nouveaux problèmes apparus après l’intervention !

Economes ou méfiants vis à vis des enseignes indépendantes, les bricoleurs qui réparent eux-mêmes leurs smartphones, représentent 21% des répondants à l'enquête d'UFC-Que Choisir.

"Plusieurs sites Internet se sont spécialisés dans la vente de pièces détachées aux particuliers, qu’ils proposent en kit avec les outils nécessaires à la réparation. Des tutoriels très détaillés vous accompagnent dans chaque étape. En les suivant à la lettre, n’importe quel bricoleur est capable de s’en sortir" explique l'enquête.

Ils sont quand même 8% à renoncer à réparer leur smartphone, parce que cette opération est jugée trop onéreuse, qu’ils ne savent pas à qui s’adresser, ou qu’ils préfèrent changer de smartphone !

Frédéric Bergé