BFM Business

L'AppStore a fait la fortune d'Apple, mais aussi celle des développeurs

À quelques jours de la WWDC, Tim Cook rappelle que l'AppStore n'a pas fait seulement la fortune d'Apple. Le magasin d'applis a rapporté 70 milliards de dollars aux développeurs.

À quelques jours de la WWDC, Tim Cook rappelle que l'AppStore n'a pas fait seulement la fortune d'Apple. Le magasin d'applis a rapporté 70 milliards de dollars aux développeurs. - Justin Sullivan - Getty Images North America/AFP

À quelques jours de la WWDC, Apple a annoncé avoir versé aux développeurs d’applis mobiles plus de 70 milliards de dollars. Le groupe indique que lors des douze derniers mois, les revenus liés aux applications ont augmenté de 70%.

Certes, les ventes d’iPhone stagnent, mais Apple ne vit pas seulement de ce marché. Le business du groupe, c’est aussi les applis et là-dessus, il est imbattable. Dans un communiqué mis en ligne sur son site, Apple vient de révéler que depuis 2008, l'entreprise avait reversé aux développeurs 70 milliards de dollars. Une manière de rappeler, juste avant la WWDC, les fondamentaux d’un écosystème qui, avec l’iPhone puis l’iPad, profite aux start-up qui créent les applis que le public utilise chaque jour. Apple en tire profit puisque avec une commission qui s'élevait à 30% entre 2008 et 2016, la société a gagné 30 milliards de dollars.

Une manière de rappeler aussi que les utilisateurs de ses appareils sont plus dépensiers, et donc plus aisés financièrement, que ceux qui utilisent Android et qui téléchargent principalement des applications gratuites. D’ailleurs, le magasin d’applications mobiles d’Apple génère deux fois plus de revenus que celui de Google, selon le cabinet AppAnnie qui est spécialisé dans l’optimisation de revenus des applis. En 2016, 66 développeurs d'applis pour l'AppStore ont réalisé un chiffre d’affaires dépassant le million de dollars aux États-Unis, contre 39 sur le Play Store.

Une commission revue à la baisse

Pour preuve, le choix de Nintendo de s’associer à Apple pour le lancement de Super Mario Run ou de Niantic pour Pokemon Go, comme le rappelle Apple dans son message. Et si la plupart des jeux sont gratuits, le principe du freemium fait passer à la caisse de temps en temps et pour de petites sommes quelques millions de joueurs.

Mais outre les jeux, l’AppStore dégage de forts revenus avec les applis en règle générale. Comme le signale Apple, ceux-ci ont progressé de 70% en 2016. "Les gens adorent les applications et nos clients les téléchargent en nombre record", confirme Phil Schiller, vice-président d’Apple. D’ailleurs, si les ventes de matériels (iPhone et iPad) souffrent un peu depuis 2016, le chiffre d’affaires de l’AppStore ne cesse de croître. En 2016, une année difficile pour les iPhone et les iPad, cette croissance a atteint près de 20%. L'an dernier, la plateforme d'Apple a enregistré 240 millions de dollars d'achats, un record absolu depuis son lancement.

Désormais, il s’agit de préserver ce dynamisme. D’une part en lançant de nouveaux produits basés sur une nouvelle version d’iOS, mais aussi en revoyant la politique tarifaire. Jusqu’en 2016, Apple prenait 30% de commission aux développeurs, mais a abaissé cette taxe de moitié il y a un an. Un cadeau qui a pour but de les inciter à continuer de privilégier iOS à Android.

https://twitter.com/PascalSamama Pascal Samama Journaliste BFM Éco