BFM Business

L'AMF enquête sur le rachat de SFR par Numericable

Le gendarme de la bourse avait déjà tapé du poing sur la table durant la vente de l'opérateur

Le gendarme de la bourse avait déjà tapé du poing sur la table durant la vente de l'opérateur - -

Selon 'la Lettre de l'Expansion', le gendarme de la bourse a débarqué chez Vivendi, Numericable et Bouygues, et demandé qu'on lui remette les documents liés à la vente de SFR.

L'Autorité des marchés financiers (AMF) a lancé une enquête sur le rachat de SFR par Numericable, rapporte ce vendredi 11 juillet la Lettre de l'Expansion.

"L'AMF s'est présentée fin juin chez l'ensemble des intermédiaires (conseillers financiers, communicants ...) de Vivendi et des deux groupes candidats aurachat de sa filiale SFR [Numericable et Bouygues]. Les enquêteurs se sont fait remettre des copies de mails et de documents liés à cette affaire", rapporte la lettre confidentielle. Interrogés par l'agence Reuters, l'AMF n'a pas souhaité faire de commentaire tout comme Vivendi, Bouygues et Numericable.

Rappel à l'ordre

Le 28 mars, le gendarme de la Bourse avait rappelé à l'ordre les protagonistes en les enjoignant de respecter les règles de communication financière. L'AMF avait notamment rappelé aux différents acteurs concernés qu'ils avaient un devoir de transparence vis-à-vis des marchés bien que la vente de la principale division de Vivendi ne soit pas soumise au cadre juridique strict des offres publiques car non cotée en Bourse.

Puis, dans une tribune publiée dans les Echos le 16 avril, le président de l'AMF, Gérard Rameix, avait estimé que l'intervention du régulateur avait permis d'améliorer la précision et la rapidité de transmission de certaines informations clefs dans le dossier.

"La question de savoir si, malgré ces rappels, des informations privilégiées ont été cachées au marché, voire exploitées, est une question de fait que seule une enquête pourrait éclairer", ajoutait-il alors.

Jamal Henni avec Reuters