BFM Business

Hulu, nouvelle coqueluche des investisseurs

Le site de streaming américain Hulu intéresse les investisseurs, dont Yahoo.

Le site de streaming américain Hulu intéresse les investisseurs, dont Yahoo. - -

Les sites internet de vidéos font de plus en plus de la concurrence aux chaînes télévisées. Parmi les nouvelles pépites du web, Hulu s’impose aux Etats-Unis et intéresse Yahoo.

Quel avenir pour la télévision française? Les professionnels du secteur sont réunis aujourd'hui, mercredi 5 juin, autour d'Aurélie Filippetti, la ministre de la Culture, à l'occasion des Assises de l'audiovisuel.

Parmi les grands bouleversements actuels, la concurrence pour les chaînes traditionnelles de sites internet, comme Youtube ou Hulu, un service de streaming haut de gamme qui cartonne aux Etats-Unis.

On pourrait définir Hulu comme un Youtube de luxe. Ici, pas de vidéos basse définition de chats en train de faire du skateboard, seulement des contenus premium. Un accès en streaming et gratuit à des films, des clips et aux derniers épisodes des séries à succès comme The Office, Les Simpson ou South Park. Le tout est réservé au public américain.

700 millions de dollars de chiffre d'affaires

A l'origine Hulu est une joint-venture entre News Corp et NBC. Six ans plus tard, l'entreprise fait briller l'œil des investisseurs. Sept repreneurs potentiels seraient sur les rangs, et trois d’entre eux proposeraient même plus d'un milliard de dollars, le tarif syndical pour les nouvelles pépites du web.

Mais contrairement à Instagram ou Tumblr, Hulu s'appuie sur un business model solide. Un service financé par la pub et un compte payant, autour de cinq euros par mois, qui permet d'avoir accès à un catalogue élargi.

Le groupe génère 700 millions de dollars de chiffre d'affaires par an, soit plus de 530 millions d’euros, et serait notamment dans le viseur de Yahoo, en pleine fièvre acheteuse. Hulu serait le parfait substitut après le fiasco Dailymotion.

Anthony Morel