BFM Business

Google et Facebook misent sur les drones pour atteindre plus d'internautes

Google compte sur les drones pour étendre son marché aux individus pas encore connectés au web.

Google compte sur les drones pour étendre son marché aux individus pas encore connectés au web. - -

Le géant américain du web a annoncé le 14 avril le rachat de Titan Aerospace, une entreprise spécialisée dans les "satellites atmosphériques". Une technologie pour élargir l'accès à internet… Et trouver de nouveaux clients.

Google s'attaque au marché... des drones. Le géant américain a annoncé le 14 avril le rachat de Titan Aerospace, une entreprise spécialisée dans les "satellites atmosphériques". Une acquisition qui peut sembler étonnante à première vue. Mais en réalité, elle pourrait se révéler stratégique.

Le nouveau champ de bataille des géants du web: connecter les 5 milliards d'êtres humains qui n'ont pas encore accès à internet. Cela passe par de curieux objets volants.

L'an dernier, Google avait lancé le projet Loon, des ballons gonflés à l'hélium censés apporter internet dans les zones reculées. Cette fois, il met la main sur Titan Aerospace, qui fabrique des "satellites atmosphériques", des gros avions sans pilote qui volent à 20 kilomètres au-dessus de nos têtes, se rechargent au soleil et peuvent rester en l'air cinq ans sans avoir besoin de redescendre. On peut notamment s'en servir pour les télécommunications.

Facebook sur le même créneau

Facebook, de son côté, a racheté le britannique Ascenta, spécialisé lui aussi dans les avions solaires, avec le même objectif. Mark Zuckerberg veut faire en sorte que les services de base, les mails, mais aussi des sites comme Wikipédia et bien sûr Facebook soient accessibles depuis n'importe quel mobile, même au fin fond de l'Afrique, et ce pour un prix abordable.

Si les géants internet jouent ainsi les opérateurs télécoms, ce n'est évidemment pas par pure philanthropie. 5 milliards d'internautes en plus, ce sont aussi 5 milliards d'individus "ciblables" avec de la publicité.

Anthony Morel