BFM Business

Free se lancera en Italie avant l'été

L’opérateur s’apprête enfin à lancer son offre mobile de l’autre côté des Alpes. Il vise une part de marché de 10% dès la première année.

Cette fois c’est la bonne. Après une année d’attente, Free va enfin commercialiser son offre mobile en Italie. Le lancement doit intervenir "dans les mois qui viennent" explique une source proche. En tout cas avant l’été. Il était au départ attendu l’été dernier, puis début 2018, même si le groupe de Xavier Niel n’a jamais avancé officiellement de date. Sa licence a été décrochée en 2016 lorsque H3G et Wind ont annoncé leur fusion. Pour éviter que Bruxelles ne bloque leur mariage, les deux opérateurs avaient conclu un accord avec Free pour lui vendre des antennes et des fréquences.

Preuve que le projet touche au but, Free vient de recruter un Italien, Benedetto Levi, en tant que patron pour son opérateur local. Le lancement a pris plus de temps qu’espéré en raison du déploiement du réseau. C’est notamment la multiplication des interconnexions avec les trois autres opérateurs (Telecom Italia, Vodafone, Wind) qui a été plus longue. La portabilité des numéros (changement d’opérateur en conservant le même numéro) a aussi nécessité des accords commerciaux avec ses futurs concurrents. Un point important qui avait provoqué des retards chez Free lors de son arrivée sur le marché du mobile en France en 2012.

Plus de 6000 antennes d’ici trois ans

L’opérateur ne devrait pas avoir beaucoup d’antennes au départ mais louera les réseaux des autres opérateurs (itinérance). Il a passé un accord pour racheter les antennes dont deux d’entre eux, Wind et Tre, vont se délester dans le cadre de leur fusion. D’ici trois ans, Free Italie disposera de plus de 6000 antennes quand Telecom Italia et Vodafone en ont 17.000 chacun. Son réseau devrait se construire plus rapidement qu’en France. Selon nos informations, Free vise 10% de clients mobile en Italie dès la première année. Un niveau suffisant pour garantir sa rentabilité rapidement. C’est comparable à ses performances françaises qui étaient de 11% de parts de marché un an après son lancement, en 2013.

Free prévoit également d’ouvrir quelques dizaines de boutiques dans la "botte". En France, il avait promis d’en ouvrir une centaine et n’en a finalement que 67… Il dispose aussi d’un millier de bornes d’abonnement. Un bon moyen de commercialisation qui pourrait s’exporter de l’autre côté des Alpes.

Matthieu Pechberty