BFM Business

Émissions d’ondes : Orange rappelle 90 000 téléphones

Le Orange Hapi 30

Le Orange Hapi 30 - Orange

L’opérateur français a adressé un message d’avertissement aux utilisateurs de l'Hapi 30, un mobile commercialisé sous la marque Orange. Ce dernier émet davantage d’ondes électromagnétiques que ne l'autorise la loi.

D’après le magazine 60 Millions de Consommateurs, Orange organise depuis quelques semaines le rappel de l’un des mobiles commercialisés sous sa marque. Mi-mars, l’opérateur a prévenu les 90 000 clients ayant acheté le Hapi 30 que des tests de l’Agence nationale des fréquences (ANFR) avaient révélé un niveau d’ondes émises supérieur à la norme. D’après les mesures, le débit d’absorption spécifique (DAS) du Hapi 30 dépasse la limite au niveau du tronc (2,1 W/kg, alors que la valeur maximale autorisée est de 2 W/kg).

D’après l’opérateur, ce chiffre est atteint “dans un cas d’usage rarissime : l’envoi d’un MMS sous couverture réseau 2G, alors que le clapet du mobile est fermé et qu’il est plaqué contre le corps”. Orange affirme par ailleurs que “cette non-conformité ne présente aucun risque pour la santé ou la sécurité”. Sur le site de l’ANFR, les données liées au débit d’absorption spécifique (DAS) au niveau de la tête mentionnent un chiffre de 0,631 W/kg. Ce dernier indice est bien inférieur aux 2 W/kg réglementaires, et moins important que ce qu’indique Orange sur son site (0,728 W/kg).

Plusieurs questions en suspens

Toujours sur son site, l’ANFR précise que le test a été réalisé le 15 juillet 2017. Pour l’heure, Orange n’a pas expliqué pourquoi huit mois séparent la procédure de l’ANFR de l’envoi du courrier aux clients. Sur le site de l’opérateur, le Hapi 30 n’est plus disponible. Début avril, Orange a mis en vente une nouvelle version, baptisée Hapi 30 édition 2018, rigoureusement identique. Elle partage le même prix (39 euros), mais également les mêmes dimensions et la même mesure de DAS.

De son côté, l’ANFR annonce à 60 Millions de Consommateurs que plusieurs autres dépassements ont été enregistrés. “Les procédures contradictoires sont en cours avec les constructeurs”, explique Gilles Brégant, président de l’organisme. L’ANFR publie régulièrement ses propres mesures de DAS concernant les mobiles qui arrivent sur le marché. Mais le délai entre la mise en vente des produits et la mise en ligne des résultats est parfois important. A titre d’exemple, les données concernant les émissions des iPhone X ou Samsung Galaxy S9 ne sont toujours pas disponibles.

https://twitter.com/GrablyR Raphaël Grably Chef de service BFM tech