BFM Eco

Électricité: hausse du tarif réglementé de 5 à 6% dès juin, selon De Rugy

Les tarifs réglementés de l'électricité, gelés par le gouvernement pendant l'hiver, vont "sans doute" augmenter en juin, a confirmé fin mars le ministre de la Transition écologique, François de Rugy. Le régulateur de l'énergie avait proposé une hausse de 5,9%, recommandation que le gouvernement devrait suivre, même si les associations de consommateurs montent au créneau.

La hausse importante du tarif réglementé de l'électricité se profile avant l'été. 

"Nous avons déjà dit que c'était autour de 5 ou 6%, qui étaient prévus par la Commission de régulation de l'énergie. Nous sommes déjà sortis de l'hiver et nous le ferons sans doute à la moitié de l'année, c'est quelque chose que nous avions dit", a précisé le ministre de la Transition écologique et solidaire, François de Rugy, sur l'antenne de CNews fin mars.

Le régulateur de l'énergie a en effet proposé une hausse de 5,9% du tarif réglementé d'électricité appliqué par EDF à environ 25 millions de foyers en début d'année. Fin janvier 2019, le ministère de la Transition écologique avait toutefois indiqué qu'il utiliserait le délai légal de trois mois dont il dispose, soit jusqu'au 1er juin, pour se prononcer sur la proposition du gendarme du secteur. Mais dans les faits, si cette décision lui revient, le gouvernement n’a guère d'autres choix que de suivre la recommandation de la Commission de régulation de l’énergie (CRE) pour éviter une sanction du Conseil d’Etat.

Le tarif réglementé de l'électricité de l'électricité est donc gelé depuis janvier. En plus de cette hausse de 5,9%, il faudra également rattraper plus tard ce "gel" du 1er janvier à la date effective de la hausse. 

Une hausse justifiée par l'augmentation du prix de gros

Mais pourquoi cette Commission exige-t-elle une hausse du prix? Le tarif est fixé via un mécanisme complexe, mêlant tarifs régulés et prix de l'électricité sur le marché de gros, où s'approvisionnent notamment en partie les fournisseurs alternatifs comme Engie, C-Discount, Leclerc, Direct Energie... Et sur le marché de gros, le prix de l'électricité est en forte hausse. Or, c'est l'un des indicateurs que la CRE observe pour fixer le prix du tarif réglementé de l'électricité, comme le préconise le code de l’énergie.

Un mécanisme de calcul que contestent les deux associations de consommateurs CLCV et UFC-Que Choisir. Vendredi 12 avril, elles ont adressé une lettre ouverte à Emmanuel Macron pour lui demander de revenir sur cette augmentation.

Approuver le raisonnement de la CRE reviendrait à tourner le dos aux attentes des Français en termes de pouvoir d'achat et à la logique de dialogue que vous avez mise en place durant le grand débat national", ont défendu les deux associations, ajoutant que cette hausse n'était pas "inéluctable", écrivent-elles.

Et dans leur combat, elles ont un allié de poids: l'Autorité de la concurrence, qui conteste également la hausse prévue du tarif réglementé de l'électricité. Dans cet imbroglio sur le prix de l'électricité, ça sera certainement au Conseil d'Etat de trancher: les deux associations de consommateurs ont déjà annoncé qu'elle le saisirait en cas de validation de la hausse de ce tarif réglementé par le gouvernement.

Frédéric Bergé avec AFP