BFM Business

Chez Facebook, on s'arrache les chercheurs français spécialistes de l'intelligence artificielle

Facebook apprécie l'écosystème français autour de la recherche fondamentale et des start-ups en intelligence artificielle.

Facebook apprécie l'écosystème français autour de la recherche fondamentale et des start-ups en intelligence artificielle. - Loic Venance-AFP

Les spécialistes de l'intelligence artificielle (IA) formés en France ont le vent en poupe. Jérôme Pesenti, qui a dirigé le programme Watson d'IBM, a été embauché pour diriger l'IA de Facebook, rejoignant Yann LeCun, qui y dirige déjà le laboratoire international dans le domaine.

Facebook apprécie beaucoup les universitaires français spécialistes de l'intelligence artificielle (IA). Le groupe a recruté Jérôme Pesenti, un chercheur de haute volée, qui a notamment dirigé le programme Watson chez IBM, le géant américain des grands ordinateurs.

Ce pur produit de l'université française a été nommé chez Facebook comme vice-président de la division IA, un poste nouvellement créé. En clair, il devient le patron de la recherche dans ce domaine dans lequel tous les géants américains du Net (Google, Apple, Amazon) investissent massivement.

Titulaire d'un DEA en sciences cognitives à l'Université parisienne Pierre et Marie Curie et d'un doctorat de mathématique à l'Université Paris Sud (Paris XI), Jérôme Pesenti n'a pas hésité à traverser l'Atlantique pour y poursuivre ses recherches dans l'université américaine de Carnegie Mellon. Puis, il cofonda outre-Atlantique une start-up baptisée Vivisimo, spécialisée dans l'analyse de texte.

-
- © "J'ai hâte d'annoncer que j'ai récemment rejoint Facebook en tant que vice-Président de l'intelligence artificielle" a déclaré Jérôme Pesenti sur son compte Facebook.

Ce chercheur français a connu la notoriété internationale en entrant chez IBM pour diriger les recherches sur le programme Watson d'intelligence artificielle. Cette technologie a été popularisée par les victoires, très médiatisées, de cette machine informatique contre des experts humains dans différents jeux.

Puis, il quitte IBM et, après un court passage d'un an à la tête d'une jeune entreprise d'IA, Benevolent AI, l'universitaire français rejoint les rangs de Facebook, où il retrouve son compatriote Yann LeCun. Cet autre universitaire français (diplômé de l'université Pierre et Marie Curie, lui aussi) incarnait l'IA jusqu'à présent, au sein du réseau social. Nommé scientifique en chef pour l'IA, il garde son poste de directeur du laboratoire international de recherche FAIR, qui emploie une centaine de personnes entre Paris, New York, Seattle, Tel Aviv, Menlo Park et Montréal.

Parallèlement, Facebook a annoncé en début de semaine qu'il allait doubler le nombre de chercheurs de son centre sur l'intelligence artificielle (IA) créé en 2015 à Paris, qui passera de 30 à 60. Ce centre, le "FAIR Paris" est l'un des sites mondiaux de Facebook dédiés à l'IA et mène des recherches fondamentales. Le groupe américain va de plus investir 10 millions d'euros supplémentaires d'ici 2022 "pour accélérer l'intelligence artificielle en France", soit un triplement des sommes qu'il y consacre. Cet investissement agit comme une reconnaissance de la qualité de l'écosystème français autour de la recherche fondamentale et des start-up en intelligence artificielle.

Frédéric Bergé