BFM Business

British Airways enquête sur des vols de données financières de ses clients

"Nous sommes profondément désolés pour cette perturbation provoquée par une activité criminelle", a déclaré le directeur général de British Airways, Alex Cruz.

"Nous sommes profondément désolés pour cette perturbation provoquée par une activité criminelle", a déclaré le directeur général de British Airways, Alex Cruz. - PASCAL PAVANI / AFP

Profitant d'une faille informatique, des pirates ont volé des données des clients de la compagnie durant 15 jours. Quelque 380.000 cartes de paiements pourraient être concernées.

La compagnie aérienne British Airways a annoncé jeudi mener une enquête sur le vol en ligne de données qui a duré 15 jours et pourrait concerner 380.000 cartes de paiements suite à une faille informatique exploitée de manière "criminelle".

"Entre 22h58 le 21 aout 2018 et 21h54 le 5 septembre, les données personnelles et financières des clients faisant des réservations sur notre site internet et notre application mobile ont été compromises", a déclaré la compagnie dans un communiqué, précisant que la faille a été réparée.

"Nous sommes profondément désolés"

"Nous conseillons à nos clients qui pensent avoir été affectés par l'incident de contacter leur banque ou l'émetteur de leur carte et de suivre leurs recommandations", a ajouté la compagnie, qui a alerté les autorités.

"Nous sommes profondément désolés pour cette perturbation provoquée par une activité criminelle", a déclaré le directeur général de British Airways, Alex Cruz, qui a assuré que le groupe prenait "très au sérieux" la protection des données personnelles de ses clients.

La compagnie a prévenu qu'elle allait contacter les clients affectés par un vol de données. Les données relatives aux passeports des voyageurs n'ont, elles, pas été compromises.

British Airways a précisé que le fonctionnement de son site internet et de son application étaient "revenus à la normale", et que les clients devant prendre un avion pouvaient s'enregistrer normalement en ligne.

J.-C.C. avec AFP