BFM Business

Bouygues veut aboutir à un accord avec Orange d'ici un mois

Martin Bouygues a fait le point sur la cession de son opérateur télécoms

Martin Bouygues a fait le point sur la cession de son opérateur télécoms - Philippe Hugen AFP

Les négociations sur le rachat de Bouygues Telecom devraient aboutir d'ici fin mars, a indiqué Martin Bouygues lors de la présentation des résultats du groupe qu'il préside.

Il va falloir s'armer de patience. Les négociations de rachat de Bouygues Telecom par Orange vont encore durer plusieurs semaines. Et ceux qui espéraient une annonce lors des résultats annuels du groupe Bouygues mercredi 24 février en ont été pour leur frais. Le groupe de BTP a juste annoncé "la poursuite des discussions". Et Martin Bouygues a promis une issue dans "un délai assez bref de quelques semaines, mais pas au-delà du trimestre", soit d'ici fin mars.

Au minimum 10% pour Bouygues

Le PDG s'est montré peu disert sur ces négociations. "Je n'ai pas rencontré François Hollande pour évoquer cette opération", a-t-il juste lâché. Rappelons que le rachat doit être pour l'essentiel payé en actions Orange, ce qui fera de Bouygues un des principaux actionnaires de l'opérateur historique derrière l'Etat (qui détient 23%). "Cela permettra de conforter l'actionnariat français chez Orange, ce qui est une excellente nouvelle", a ironisé Martin Bouygues. Cela permettra à Bouygues de se retrouver avec "10% à 15%" d'Orange. Le PDG a exclu de se retrouver avec moins de 10%: "la question ne se pose même pas". Le groupe de BTP achètera ensuite des actions sur le marché, afin d'aboutir à "une participation de l'ordre de 15%", indique son porte-parole. 

Martin Bouygues a jugé "impossible" de conclure un pacte d'actionnaire avec l'État, car la somme de leurs droits de vote dépasserait le seuil de 30% au-delà duquel est obligatoire le lancement d'une OPA sur tout le capital.

TF1 hors de la négociation

Quant aux clients de Bouygues Telecom, "ils resteront sous le même contrat si tant est que Bouygues Telecom est apporté à Orange". De même, il a assuré que la vente n'aura aucun impact sur l'accord de partage de réseau entre Bouygues Telecom et SFR. Martin Bouygues a aussi affirmé que TF1 n'était pas concerné: "il n'y a pas l'ombre d'une discussion sur le sujet... Rien!"

Surtout, Martin Bouygues a voulu montrer -sans convaincre totalement- qu'il n'était pas acculé, et survivrait très bien si les négociations échouaient: "Si nous n'aboutissons pas à un schéma satisfaisant pour tout le monde, nous poursuivrons notre stratégie stand alone, qui donne des résultats". Argument avancé: Bouygues Telecom, grâce à son réseau 4G, posséderait "un avantage compétitif durable dans le mobile, et va ainsi conserver son avance pour quelques années"....

Jamal Henni