BFM Business

Bouygues/Numericable-SFR: 8 questions autour d'une fusion

L'OPA à 10 milliards d'euros de Numericable-SFR sur Bouygues Telecom donnerait naissance au premier opérateur mobile français

L'OPA à 10 milliards d'euros de Numericable-SFR sur Bouygues Telecom donnerait naissance au premier opérateur mobile français - Philippe Huguen - AFP

Avec son offre de rachat de Bouygues Télécom à 10 milliards, Numericable-SFR a provoqué un séisme dans les télécoms. Retour sur cette fusion annoncée en huit points clés qui expliquent pourquoi rien ne peut plus arrêter Patrick Drahi.

La fusion de l'année dans les télécoms. Après plusieurs tentatives de rachats, il semblerait que cette fois c'est la bonne pour Bouygues Télécom. Le troisième opérateur hexagonal qui compte 11 millions d'abonnés mobiles et 2,5 millions de clients ADSL devrait tomber dans l'escarcelle d'Altice, le câblo-opérateur créé en 2001 par Patrick Drahi et qui est pris depuis quelques mois d'une frénésie de rachats. Une OPA qui malgré les refus successifs de Martin Bouygues (le patron du groupe de BTP a éconduit plusieurs fois tant Patrick Drahi que Xavier Niel) confirme l'adage que tout est à vendre à condition d'y mettre le prix. Et le prix que "Citizen-Drahi" est prêt à payer est colossal: 10 milliards d'euros voire plus.

Cette offre de rachats soulève au moins 8 questions auxquelles nous avons tenté de répondre.

1. Martin Bouygues va-t-il cette fois accepter la demande en mariage?

2. Gouvernement, Union Européenne, Arcep... Peuvent-ils vraiment encore bloquer la vente?

3. Et l'Autorité de la concurrence, que peut-elle imposer à Drahi?

4. Quel rôle va jouer Free dans cette fusion?

5. Comment la bourse a accueilli la nouvelle?

6. Déjà très endetté, le groupe de Patrick Drahi a-t-il les moyens de ses ambitions?

7. Que pensent les associations de consommateurs de ce passage de quatre à trois opérateurs? 

8. Le client va-t-il voir sa facture de téléphone flamber?