BFM Business

Booking.com se lance dans la réservation de dernière minute

Booking.com a appris qu'il était sous le coup d'une plainte déposée par le groupe Accor, auprès de l'Autorité de la concurrence afin de dénoncer un abus de position dominante dans les réservations d'hôtels en ligne

Booking.com a appris qu'il était sous le coup d'une plainte déposée par le groupe Accor, auprès de l'Autorité de la concurrence afin de dénoncer un abus de position dominante dans les réservations d'hôtels en ligne - AFP Dieter Nagl

La plate-forme Internet lance une application pour smartphone, simplifiant les réservations "de dernière minute". Un créneau estimé à 50 % du total des réservations par mobile, où des rivaux comme "Hotel Tonight" l'ont précédé.

Booking.com veut soigner les clients qui s'y prennent au dernier moment pour réserver leur hébergement. "Environ la moitié de ceux qui utilisent leur téléphone mobile pour réserver une nuitée d'hôtel, le font moins de 48 heures avant leur séjour" explique en effet Peter Verhoeven, directeur général pour l'Europe de la plate-forme Internet.

Pour capter ce marché spécifique, la société a mobilisé ses 200 développeurs informatiques spécialisés dans les applications mobiles pour concevoir Booking Now. Disponible et téléchargeable sur smartphone et tablette Apple uniquement - pour l'instant - cette application privilégie la réservation rapide en fonction des préférences préalablement enregistrées par le client, en matière d'hébergement (prix, types de services désirés).

La géolocalisation est privilégiée

La géolocalisation est utilisée pour suggérer des hébergements dans l'environnement géographique immédiat de l'utilisateur de smartphone. Un itinéraire lui est ensuite proposé pour rejoindre le lieu de sa réservation.

La plate-forme Internet espère ainsi élargir sa clientèle, qui réserve plutôt en utilisant un ordinateur de bureau ou portable, connecté par une ligne fixe à Internet. Sur le créneau de la réservation d'hébergement en ligne de dernière minute, son principal rival a pour nom la société américaine Hotel Tonight, créée en 2010. Sa spécialité originelle est la réservation d'une nuitée pour le jour même, en offrant des prix cassés sur des hôtels soldant leurs chambres inoccupées.

"Par rapport à Hotel Tonight, nous estimons offrir un inventaire maximal de possibilités d'hébergement. Rien qu'aux Etats-Unis, nous proposons un inventaire 10 fois plus important" estime Peter Verhoeven, de Booking.com.

Le groupe Accor vise Booking.com pour abus de position dominante

En France, la plate-forme Internet a appris que le géant hôtelier français Accor venait de déposer une plainte auprès de l'Autorité de la concurrence afin de dénoncer un abus de position dominante dans les réservations d'hôtels en ligne. Accor se joint officiellement aux syndicats hôteliers notamment l'Umih, qui a décrété qu'"avec ces engagements (de Booking.com), le compte n'y est pas".

Booking.com avait proposé en décembre 2014 de nouveaux engagements visant à lâcher du lest sur ses conditions tarifaires faites aux hôteliers. Ces nouvelles règles faisaient l'objet d'un test de marché jusqu'au 31 janvier, permettant ensuite à tous les acteurs de donner leur avis. Concrètement, le leader des réservations hôtelières sur internet - il détiendrait les deux tiers du marché français - renonce à obliger les hôteliers, avec lesquels il est en contrat, à proposer les mêmes conditions tarifaires à l'ensemble des autres plateformes de réservation en ligne, concurrentes.

Cet engagement exclut, toutefois, les canaux directs de distribution hors ligne et en ligne comme le site Internet de réservation de l'hôtel, lequel resterait soumis à cette obligation dite de "parité tarifaire". Ce qui empêche l'établissement de jouer librement sur les prix. Ce problème est doublé par le fait que Booking.com prélève une commission moyenne de 15 % sur chaque nuitée.

Ces engagements visent à tenter de mettre fin aux procédures engagées contre la plate-forme de réservation par Internet, par plusieurs autorités de la concurrence européennes. En France, le gendarme de la concurrence devrait rendre son avis sur les propositions de Booking.com à la fin du mois du mois de mars 2015.

Frédéric Bergé