BFM Business

Avec Dara Khosrowshahi, Uber veut se donner une nouvelle image

Pour remplacer Travis Kalanick, le comité de direction d'Uber a choisi Dara Khosrowshahi, le directeur général d'Expedia. Un patron reconnu qui devra vraisemblablement préparer l'introduction en bourse d'Uber.

"Le nom de Dara Khosrowshahi a émergé comme candidat leader pour être PDG à l’issue de réunions du comité de direction d’Uber avec trois finalistes". C’est l’explication donnée au New York Times par un proche du dossier qui tient à rester anonyme. Jusque là, son nom n'avait pas fuité, mais le dirigeant d'Expedia faisait partie de la sélection finale pour diriger Uber avec Meg Whitman (Hewlett-Packard) et Jeff Immelt (ex-General Electric).

En dépit de son allure de star d'Hollywood, Dara Khosrowshahi est plutôt discret sur sa vie privée. On sait peu de choses de lui. Marié à l’actrice Sydney Shapiro, ils sont propriétaires d'un duplex à Miami acheté 10 millions de dollars (8,35 millions d'euros). Khosrowshahi a été photographié avec son épouse lors de l’université d’été pour milliardaires d’Allen&Co, un rendez-vous où l'on croise les plus grandes fortunes des États-Unis. Il ne fait pas la une de la presse people, et n'alimente pas les faits divers par son comportement ou ses propos. Mais il ne cache pas ses opinions. Il a fait partie de la fronde anti-Trump dès l'annonce du décret anti-immigration.

Le dirigeant le mieux payé des États-Unis

En revanche, la presse financière le suit à la trace. Cet Américain d’origine iranienne -il est né à Téhéran- de 48 ans est réputé pour son talent de business man. En 2016, il est devenu le dirigeant le mieux payé des États-Unis avec une rémunération globale de 95 millions de dollars (80 millions d'euros). Il siège aussi au conseil d’administration du New York Times qui a révélé dès dimanche 27 août sa nomination à la tête d’Uber pour remplacer Travis Kalanick.

Pourtant, au départ, rien ne laissait présager d’un tel parcours, ni pour lui ni pour Expedia. Sa fiche Wikipedia n’évoque qu’un diplôme en génie électrique obtenu en 1991. Mais Dara Khosrowshahi s’est rapidement et discrètement imposé comme un personnage clé dans le business de l’Internet, des médias, de la finance et du voyage. Après avoir tenu des postes à responsabilité chez IAC/InterActiveCorp, et pour la banque d’affaires Allen&Company, il prend les rênes d’Expedia en 2005.

Préparer l'IPO d'Uber pour 2018?

À cette époque, cette entreprise créée par Microsoft en 1996 n’arrive pas à trouver son positionnement. Expedia est introduite en Bourse l'année de l'arrivée de Khosrowshahi à sa tête en 2005, à 14 dollars (11,7 euros). Le cours de l'action atteint désormais les 150 dollars (125,3 euros). Pour réaliser cette performance, il réalise des acquisitions (Trivago, Abritel, Hotwire, hotels.com…) et étend sa présence dans une soixantaine de pays. En 2016, le chiffre d’affaires d'Expedia atteint 8,8 milliards de dollars, pour un bénéfice net de 282 millions de dollars (235,6 millions d'euros) et une capitalisation boursière à 23 milliards de dollars (19,2 milliards d'euros) contre 73 millions de dollars en 2005 (61 millions d'euros).

En 2015, Dara Khosrowshahi a obtenu pour 90 millions de dollars de stock options dans le cadre d'un contrat de travail à long terme, et a annoncé à l’époque qu’il resterait le CEO d’Expedia jusqu'en 2020. S’il accepte de prendre la présidence d’Uber, ce qu’il n’a pas encore confirmé, il ne tiendra donc pas cet engagement. En attendant, il a parfaitement accompli sa mission.

Pour le convaincre de la rejoindre, la licorne la plus valorisée du monde a dû lui offrir de sérieux arguments. En échange, il devra faire avec Uber ce qu’il a fait avec Expedia, en l’occurrence, développer une stratégie d’acquisition et restaurer l'image de la société pour une introduction en bourse qui serait envisagée pour 2018. Reste désormais à savoir comment il gérera le dossier Kalanick, le fondateur du groupe, qui a été écarté de l’opérationnel, mais garde une place contestée dans le conseil d’administration.

Pascal Samama