BFM Business

Au Japon, la livraison par drone est (presque) une réalité

Le service de livraison par drones de Rakuten est baptisé Sora Raku.

Le service de livraison par drones de Rakuten est baptisé Sora Raku. - Rakuten

"Le géant de l’e-commerce japonais Rakuten livrera grâce à des drones des produits achetés via une application mobile, dès le 9 mai."

Il n’y a pas qu’Amazon, Alibaba et La Poste qui veulent livrer des marchandises grâce à des drones. Au Japon, le géant de l’e-commerce Rakuten - propriétaire de Price Minister depuis 2014 -, a démontré lundi 25 avril sa capacité à livrer des boissons, des encas et des balles aux joueurs du club de golf de Chiba.

Une première mondiale

L'entreprise ne s’en tient pas à un coup de communication puisque le service sera effectif pour tous les golfeurs de Chiba à partir du 9 mai. C’est la première fois au monde qu’une entreprise va plus loin que de simples tests et assure des livraisons commerciales par drone. Pour y parvenir, le groupe dirigé par Hiroshi Mikitani a investi 6,4 millions de dollars dans le constructeur nippon de drones ACSL (Autonomous Control System Laboratory Ltd). Il détient ainsi 20% des parts. Et l’État japonais soutient aussi la démarche. En France, La Poste s’est elle associée à l’entreprise Atechsys.

Côté Rakuten, la commande se fait via une application mobile, et les vols des appareils sont programmés à l’avance. Un vol de drone nécessite un terrain à l’écart des habitations, d’où le choix des terrains de golf.

Les JO en ligne de mire

Pour l’instant, l’un des principaux obstacles au développement du marché des drones est la réglementation pour l’occupation de l’espace aérien. Or, les pouvoirs publics japonais ont reçu pour consigne de la part de Tokyo de favoriser les livraisons commerciales. Tout l'inverse de ce qui est observé aux États-Unis, où Amazon peine à convaincre la Federal Aviation Administration de revenir sur son projet de réglementation visant à n’autoriser le vol de drones commerciaux que s’ils restent dans le champ de vision du pilote.

Au Japon, l’objectif est d’avoir une offre commerciale déjà développée lors des Jeux Olympiques d’été à Tokyo en 2020. ACSL s’est même fixé pour objectif d’avoir trouvé un modèle viable économiquement d’ici à la fin de l’année 2019. De son côté, le groupe Rakuten espère étendre ce service à d’autres secteurs. Son PDG a notamment évoqué la possibilité de livrer des marchandises dans des campagnes peu peuplées, chez des personnes âgées ayant du mal à se déplacer, ainsi que sur des zones de catastrophes naturelles. Après le Camel Golf Resort de Chiba, il entend déployer ce type de livraison dans des régions montagneuses, à condition que ce premier test soit un succès commercial.

Adeline Raynal