BFM Business

Attaqué par ses clients, Spotify tente de s'expliquer sur Twitter

-

- - Don Emmert - AFP

En pleine guerre contre Apple Music, Spotify est pris dans une polémique l'opposant à ses clients qui ne veulent pas céder leurs données personnelles.

La fronde des utilisateurs mécontents que l'application leur demande d'accéder à leurs contacts et photos n'aurait pu rester trop longtemps sans réponse. Ce vendredi 21 août, Spotify a répondu aux accusations de collecte abusive de données personnelles dont il fait l'objet.

le service d'écoute de musique en ligne (streaming) avait présenté ces changements sur son site internet lundi comme une "mise à jour" des conditions générales d'utilisation et de sa politique de protection de la vie privée. Elles devaient aider l'entreprise suédoise à "concevoir une meilleure expérience pour [les] utilisateurs, et bâtir des produits nouveaux et personnalisés pour l'avenir".

Mais la permission demandée par Spotify de voir les photos, le carnet d'adresses ou la localisation d'un téléphone portable est parfois mal passée. Sur Twitter, des centaines de clients s'en sont émus, nombre d'entre eux citant des sites internet spécialisés comme Wired, qui y était très hostile.

Vendredi, l'un des créateurs du jeu Minecraft, Markus Persson dit "Notch", grande figure des nouvelles technologies en Suède, annonçait à ses 2,4 millions d'abonnés qu'il avait "annulé" son abonnement à Spotify. "En tant que client, j'ai toujours adoré votre service. Vous êtes ceux qui m'ont convaincu d'arrêter de pirater de la musique. S'il vous plaît réfléchissez à ne pas faire le mal", a-t-il écrit.

Le patron de Spotify, Daniel Ek, lui a répondu directement: "Vous avez lu notre blog? Nous ferons une demande explicite avant d'utiliser votre appareil photo ou GPS". Il a aussi expliqué que l'accès aux photos permettait aux utilisateurs de "personnaliser une playlist en ayant une image quelconque ou une nouvelle photo de profil".

Le groupe suédois, qui revendique "plus de 75 millions" d'utilisateurs actifs dont "plus de 20 millions" payants, dans 58 pays, traverse une phase délicate de son développement avec l'arrivée d'un puissant concurrent, l'américain Apple.

Apple Music avait été lancé le 30 juin dans plus de 100 pays, l'inventeur de l'iPod et l'iPhone ayant fini par être convaincu que l'avenir n'était plus au téléchargement.

P.S. avec AFP