BFM Business

Apple se lance dans les applis santé

La première annonce de Tim Cook lors de la conférence annuelle d'Apple n'a rien de révolutionnaire.

La première annonce de Tim Cook lors de la conférence annuelle d'Apple n'a rien de révolutionnaire. - -

Le géant de l'informatique a ouvert sa conférence annuelle, lundi 2 juin. Mais son annonce d'une application qui centralise toutes les infos santé des appareils connectés est plutôt décevante.

Les développeurs informatiques sont suspendus aux lèvres du PDG d'Apple, Tim Cook. Toute cette semaine, Apple réunit comme chaque année les professionnels du secteur à l'occasion d'une grande conférence. Lundi 2 juin, le groupe a dévoilé son nouveau système d'exploitation mobile, iOS8, avec comme prévu des nouveautés en matière d'applications liées à la santé.

Ce premier pas est une timide incursion dans le segment le plus prometteur de la high tech: la santé connectée, le suivi via votre smartphone de vos indicateurs corporel.

Apple, qui a un bon train de retard en la matière, ne veut plus être en reste. Son idée : créer une application unique qui va superviser toutes les mesures. Il est vrai que les objets connectés liés à la santé se multiplient: bracelets qui analysent le nombre de pas que vous faites dans la journée, tensiomètres reliés à vos smartphone, ou encore pèse-personnes connecté.

Avec à chaque fois une application différente. Apple va donc agréger toutes les données des différents appareils, rythme cardiaque, pression artérielle, cycles de sommeil, à un seul endroit.

Une appli Apple de centralisation

Soyons clairs, cette annonce va laisser les fans et les observateurs sur leur faim. Car on sait que les ambitions d'Apple en la matière sont bien plus vastes.

Le groupe débauche d'ailleurs à tour de bras des spécialistes reconnus de la santé et des biotechnologies. Il faudra donc s'attendre, au-delà de ce gentil amuse-bouche, à d'autres annonces plus fortes. Probablement lorsque le groupe lancera enfin son iWatch, sa montre connectée, dans les tuyaux depuis des années.

Anthony Morel