BFM Business

Apple ne vend plus en Chine de logiciels contournant la censure

Depuis janvier 2017, les développeurs de logiciels doivent obtenir des licences gouvernementales pour pouvoir proposer des services VPN (réseau privé virtuel), ce qui a conduit à la décision d'Apple.

Depuis janvier 2017, les développeurs de logiciels doivent obtenir des licences gouvernementales pour pouvoir proposer des services VPN (réseau privé virtuel), ce qui a conduit à la décision d'Apple. - Johannes Eisele-AFP

Apple a supprimé de son App store en Chine des logiciels permettant aux particuliers de contourner la censure filtrant les contenus en ligne. Pour certains observateurs Apple plie devant la censure de Pékin au profit de ses intérêts.

Entre ses utilisateurs et ses intérêts économiques, Apple n'hésite pas. "On nous a demandé de supprimer certaines applications VPN (réseaux privés virtuels) en Chine qui ne respectaient pas les nouvelles réglementations", a déclaré Apple. "Ces applications restent disponibles dans tous les autres marchés où elles existent" a ajouté la firme californienne. Le marché chinois du smartphone pèse lourd et représente à ce titre un marché primordial pour Apple, l'iPhone étant très populaire dans le pays.

Ce type de logiciel permettait aux internautes chinois de contourner la "grande muraille" informatique qui, en Chine, filtre et censure le web, interdisant notamment Facebook et Twitter. Mais, depuis janvier 2017, les autorités de Pékin ont durci leur politique vis-à-vis de ces outils techniques qui bravaient les interdites officiels. Les développeurs de ces logiciels en Chine doivent désormais obtenir des licences gouvernementales pour pouvoir proposer des services VPN, ce qui a conduit à la décision d'Apple.

Les éditeurs de logiciels VPN dénoncent la décision d'Apple

Deux éditeurs majeurs de ces logiciels, ExpressVPN et Star VPN, ont confirmé qu'Apple les avait informés que leurs produits n'étaient désormais plus disponibles en Chine. Ces deux entreprises ont dénoncé cette décision.

"Les principales applications VPN pour iOS ont été supprimées", a déclaré ExpressVPN dans un communiqué, dénonçant une mesure "surprenante et malheureuse". "Nous sommes déçus par cette décision, qui représente la mesure la plus drastique que le gouvernement chinois a prise à ce jour pour bloquer l'utilisation des VPN, et nous sommes troublés de voir Apple aider la Chine dans ses efforts de censure", a-t-il ajouté.

Star VPN a écrit sur Twitter: "C'est un précédent très dangereux qui peut conduire à des mouvements similaires dans des pays comme les Emirats arabes unis, etc. où les gouvernements contrôlent l'accès à internet".

Alors que la Chine possède le plus grand nombre d'internautes au monde, un rapport de 2015 du think tank américain Freedom House a révélé que le pays avait la politique en ligne la plus restrictive, sur 65 nations étudiées, faisant pire que l'Iran et la Syrie.

La Chine soutient que les différentes formes de censure mises en place sont nécessaires pour sa sécurité nationale. La volonté d'interdire les VPN intervient après l'adoption en novembre 2016 d'un projet controversé de cybersécurité, venant renforcer les restrictions sur la liberté d'expression en ligne et imposer de nouvelles règles aux fournisseurs de services.

Apple a décidé d'investir près de 470 millions d'euros en Chine au printemps 2017 et a prévu d'ouvrir son premier data center, avec la coopération d'une société chinoise. Apple se conforme ainsi à la loi entrée en vigueur le 1er juin 2017 qui impose aux compagnies étrangères de stocker les données de leurs utilisateurs sur le sol chinois.

Frédéric Bergé avec AFP