BFM Business

Accord entre Orange et SFR pour déployer la fibre optique

Selon Orange, l'accord signifie qu'il équipera au total 80% des 11,8 millions de foyers situés en zone moyennement dense et SFR 20%.

Selon Orange, l'accord signifie qu'il équipera au total 80% des 11,8 millions de foyers situés en zone moyennement dense et SFR 20%. - BERTRAND LANGLOIS / AFP

La zone que devront couvrir les opérateurs représente plus de 13,7 millions d'habitations et entreprises.

Les opérateurs de télécommunications Orange et SFR se sont mis d'accord sur un plan de partage du déploiement de la fibre optique qui doit couvrir plus de 13,7 millions d'habitations et entreprises, a annoncé mercredi l'autorité de régulation des télécoms (Arcep).

"Nous pouvons nous féliciter de ces engagements qui sécurisent l'accès à la fibre de plus de 13 millions de locaux" et contribuent à réduire "la fracture numérique du territoire", a déclaré le ministre de la Cohésion des territoires Jacques Mézard lors du premier point d'étape trimestriel du gouvernement sur l'engagement de la couverture numérique de la France.

Selon Orange, l'accord signifie qu'il équipera au total 80% des 11,8 millions de foyers situés en zone moyennement dense (dite zone AMII), et SFR 20%.

Ces zones ont été réparties entre les opérateurs en 2011 après manifestation d'intérêt de leur part. Seuls Orange et SFR s'étaient alors montrés intéressés, bien que Bouygues Telecom et Free participent aussi à l'effort d'investissement.

"Accélérer leurs déploiements"

Le président de l'Arcep, Sébastien Soriano, s'est félicité que les engagements des opérateurs "deviennent dès aujourd'hui juridiquement opposables", permettant de sanctionner d'éventuels manquements.

"Le déploiement du très haut débit et ses enjeux industriels sont le projet d'infrastructure de la décennie avec 27 millions de lignes FttH (Fibre optique jusqu'à l'abonné) à créer d'ici 2022", a déclaré la secrétaire d'État à l'Économie Delphine Gény-Stephann. "C'est un défi exceptionnel, il va falloir déployer de l'ordre de centaines de milliers de kilomètres de câbles sur le territoire", a-t-elle précisé, soulignant les opportunités en termes de créations d'emplois.

Le gouvernement et le régulateur ont toutefois appelé Orange et SFR à "accélérer leurs déploiements" pour respecter l'ensemble de leurs engagements.

9% des communes françaises équipées

Le gouvernement s'est donné pour objectif intermédiaire en juillet 2017 de garantir un "bon haut débit" (8 mégabits par seconde - Mbit/s) à tous les Français en 2020 pour permettre aux habitants des zones peu denses d'avoir un accès satisfaisant à internet en attendant le très haut débit (30 mégabits) pour tous en 2022.

Le cap des 50% pour le très haut débit a été franchi fin 2016 avec un an d'avance sur le calendrier, mais les zones les moins denses et rurales sont les plus dures à couvrir.

Selon l'Arcep, à la fin du premier trimestre 2018, un peu plus de 9% des communes françaises étaient équipées en fibre optique et quelque 5 millions de foyers français disposaient d'une vitesse de connexion inférieure à 8 Mbit/s.

Le gouvernement s'est toutefois félicité des résultats pour le premier trimestre 2018: 56% des locaux et logements professionnels ont été recensés comme ayant accès au très haut débit au 31 mars 2018. Une hausse constante des abonnements au très haut débit fixe a été constatée, à quelque 7,5 millions.

Généralisation de la 4G

Le Plan France très haut débit, lancé en 2013, doit coûter une vingtaine de milliards d'euros pour les infrastructures, auxquels doivent s'ajouter une dizaine de milliards pour la connexion finale aux logements.

Parmi les autres engagements des opérateurs mobiles, les ministres ont évoqué la généralisation de la 4G sur l'ensemble du réseau mobile ainsi que l'amélioration de la couverture mobile des territoires.

"485 sites ont été identifiés par les collectivités territoriales comme étant à couvrir prioritairement en 2018", a expliqué le secrétaire d'État à la Cohésion des territoires Julien Denormandie. "Ce sont ces zones blanches qui ne sont couvertes par aucun opérateur", a-t-il précisé.

J.-C.C. avec AFP