BFM Business

4G: le ton monte entre Bouygues et SFR

SFR et Bouygues se battent autour de la 4G

SFR et Bouygues se battent autour de la 4G - -

Depuis juillet, Bouygues demande de réaffecter ses fréquences 2G pour la 4G. Son concurrent SFR s’insurge. Il craint des suppressions d'emplois.

Nouvel affrontement dans le monde des télécoms autour de la 4G. Depuis des mois, Bouygues demande le droit de réaffecter ses vieilles fréquences 2G et de les utiliser à la place pour le très haut débit mobile. Mais ça ne plaît pas du tout à ses concurrents. Ce mercredi 23 janvier, SFR monte au front.

Rappel des faits : Bouygues tente en juillet dernier un coup de poker. L'opérateur demande à l'Arcep, le gendarme des télécoms, un privilège un peu particulier. Il voudrait réutiliser une vieille bande de fréquences, la 2G, qui sert à faire circuler principalement la voix et les SMS et à l'utiliser à la place pour le très haut débit mobile, les réseaux de dernière génération.

5 000 postes menacés chez SFR

Logique : sur ce spectre 2G, Bouygues, qui a relativement peu de clients, a beaucoup de place en rab, contrairement à Orange ou SFR. Ce stratagème n'est donc pas du tout du goût de ses concurrents. En recyclant ses vieilles fréquences, Bouygues disposerait immédiatement d'un réseau 4G vaste et performant.

Un coup d'avance crucial, alors que ses petits camarades s'échinent à déployer leur propre réseau à vitesse d'escargot, sur des bandes de fréquence flambant neuves, acquises pour plusieurs centaines de millions d'euros l'an dernier.

SFR agite déjà le spectre de la destruction d'emplois : 5000 postes seraient menacés si Bouygues bénéficiait de cet avantage indu. "Chantage", répond Bouygues. Mais chez SFR, on prévient : si Bouygues obtient gain de cause, ils seront attaqués en justice de toutes parts.

Anthony Morel