BFM Business

Précarité : il n'y a jamais eu autant d'embauches en CDD

C’est dans le secteur de la construction que la part de CDD augmente le plus.

C’est dans le secteur de la construction que la part de CDD augmente le plus. - -

Au premier trimestre, plus de 8 contrats signés sur 10 ont été des CDD, un record en France. Les salariés dénoncent cette précarisation, les employeurs dénoncent un système où le CDD est leur dernière marge de flexibilité.

Le CDI n’est plus la norme. Au premier trimestre 2013, plus de 8 embauches sur 10 l'ont été en CDD, une première en France. Selon les données publiées mercredi par le ministère du Travail, la part des CDD dans les embauches a atteint 82,4% au premier trimestre 2013 dans les entreprises de 10 salariés ou plus, une hausse de 2,5% sur un an. Un tel taux n’avait pas été atteint depuis… 1999, la date de création de cet indicateur. Avant la crise de 2009, le taux oscillait même entre 66 et 73%.

« Je suis fatiguée de travailler en interim »

C’est dans le secteur de la construction que la part de CDD augmente le plus (+4%), mais c’est toujours dans le tertiaire qu’il y a le plus de contrats précaires (83,9%). Nadia 28 ans, est assistante juridique et sur le marché du travail depuis 6 ans, où elle enchaîne CDD et interims. « J’étais 5 ans dans la même entreprise, et on se débrouille pour modifier le motif du contrat pour que l’entreprise ne puisse pas être attaquée », regrette la jeune femme. « Je suis fatiguée de travailler en interim, j’approche les 30 ans, habiter un appartement d’étudiant, au bout d’un moment c’est fatiguant, c’est presque une chambre ! J’ai travaillé non-stop, je paye des impôts, et je ne peux pas répondre à des besoins primaires. Ça fait des années que je n’ai pas pris de vacances, je faisais du non-stop, du 1er janvier au 31 décembre. Je suis fatiguée de tout ça pour rien ».

« Le seul outil de flexibilité qui reste »

Hervé Lembel, président de l'organisation patronale Le Cerf (Créateurs d'emplois et de richesse en France), a bien une explication à cette hausse de la précarité. Selon lui, c’est la conséquence logique des différentes mesures de protection des salariés. « Record de progression parce qu’on n’est pas loin d’un record d’incertitude concernant l'avenir économique pour les entreprises », estime le chef d’entreprise. « Dès qu’il y a une opportunité de marché, les entreprises vont essayer de la prendre, et le seul outil de flexibilité qui leur reste aujourd’hui, puisqu’on a supprimé l’exonération des heures supplémentaires, c’est le CDD. Bien évidemment, pour faire face à l’incertitude tout en prenant un marché, on va prendre un CDD pour ne pas être obligé de s’engager sur un trop long terme et mettre l’entreprise en difficulté s’il y a un retournement, ou pas de marché complémentaire qui arrive derrière ».

Le titre de l'encadré ici

|||

Les CDD devraient prochainement être moins avantageux pour les employeurs. Depuis le 1er juillet et la loi sur la sécurisation de l'emploi, le coût de certains CDD, notamment ceux de courtes durées, a été surenchéri pour les employeurs via une majoration des cotisations d'assurance chômage. De cette manière, le gouvernement espère lutter contre la précarité.

La rédaction