BFM Business

Les PME de croissance ne veulent plus de promesse

Les entreprises innovantes n'ont pas confiance dans la pérennité des mesures tels que le crédit d'impôt recherche.

Les entreprises innovantes n'ont pas confiance dans la pérennité des mesures tels que le crédit d'impôt recherche. - -

Un an après la remise du rapport Gallois et la multiplication des annonces sur des mesures de relance, le compte n'y est pas pour les entreprises. Selon une étude parue ce 4 novembre, "le choc de confiance" n'a pas eu lieu.

Les entreprises de croissance veulent que le gouvernement passe enfin aux actes. Un an après la remise du rapport Gallois et l'instauration du Crédit d'impôt compétitivité et emploi,le comité Richelieu a publié, ce 4 novembre, un baromètre du sentiment des jeunes entreprises innovantes. Elles formulent une demande claire: "arrêtez d'empiler les promesses".

C'est là tout le paradoxe de la situation que décrit le comité Richelieu, l'une de ces associations indépendantes qui travaillent pour les PME en croissance. Si l'on écoute les multiples annonces de l'exécutif, tout un arsenal de relance est désormais disponible pour les entreprises. Dans les textes tout est là, mais dans les faits, rien ou presque.

Les PME ne croient pas au maintien du crédit d'impôt recherche

"Le choc de confiance n'a pas eu lieu", dit une grande majorité de ces entreprises. Les PME en croissance sont à 75% inquiètes de la pérennité du Crédit d'impôt recherche. La moitié d'entre elles ont fait l'objet d'un contrôle fiscal ces trois dernières années, et elles ressentent une part trop importante d'arbitraire à l'issue de l'opération.

Ces entreprises saluent la concentration des aides à l'export ou encore la simplification des systèmes d'aide à l'innovation. Mais elles ont avant tout besoin de stabilité dans le temps pour investir.

Laurent Mimouni