BFM Business

Le plan du gouvernement pour venir en aide aux petits commerçants et aux indépendants

Un plan spécifique sera présenté lors du vote du budget à l'Assemblée nationale, à la fin du mois de juin. BFM Business vous en dévoile les grandes lignes en avant-première.

Le gouvernement tend la main aux petits commerces et aux indépendants. Un nouveau plan d'aide spécifique sera présenté à la fin du mois, lors du vote du nouveau budget à l'Assemblée nationale. "L'idée est de solder la facture du confinement" résume à BFM Business un haut responsable patronal.

Pour cela, les indépendants et les commerçants auraient droit aux mêmes aides exceptionnelles que celles accordées aux entreprises du tourisme : un fonds de solidarité maintenu jusqu'au 31 décembre et accessible jusqu'à 2 millions d'euros de chiffre d'affaires et 20 salariés.

Une foncière pour les petits commerces

Le plan va aussi se pencher sur la question des loyers, véritable problème de frais fixes qui a émergé avec le confinement : la Caisse des dépôts créerait une foncière de plusieurs centaines de millions d'euros pour racheter des locaux mis en vente avec la crise et pour les louer ensuite à des prix plus avantageux.

Enfin, les indépendants et les commerçants auraient jusqu'à 10 ans pour rembourser leurs prêts garantis par l'Etat (PGE) contre maximum 6 ans prévu à l'heure actuelle.

"Love money"

Et puis ce plan de soutien devrait aussi apporter une nouvelle solution de financement à ces entrepreneurs puisqu'ils auraient désormais accès au "love money", c'est-à-dire les capitaux apportés par les proches lors d'une création d'entreprise et dont les indépendants sont exclus à l'heure actuelle.

Mercredi matin, le ministre du Logement Julien Denormandie a confirmé l'information sur BFM Business. "Je vous confirme qu'il y aura un plan 'indépendants' et c'est d'ailleurs un souhait du président de la République" a-t-il expliqué, évoquant un plan "qui permet d'accompagner sur la durée" et sur lequel Bruno Le Maire et Agnès Pannier-Runacher "sont en train de travailler."

Thomas Sasportas avec Thomas Leroy