BFM Business

Le moral des décideurs remonte mais la crise a laissé des traces

Le moral des décideurs remonte

Le moral des décideurs remonte - Flazingo - Flickr - CC

Selon le nouveau baromètre des décideurs réalisé par ViaVoice pour BFM Business, Le Figaro et HEC, l’indice du moral des décideurs poursuit son ascension et atteint son plus haut niveau depuis près d’un an. De cette crise, il restera néanmoins un rapport au travail chamboulé. 

Le pire est-il derrière nous? Les décideurs veulent y croire. Selon le nouveau baromètre des décideurs réalisé par ViaVoice pour BFM Business, Le Figaro et HEC, l'indice du moral des décideurs remonte à -30 au mois de mai contre -37 pour le mois de février et -48 pendant l'automne dernier, au creux du deuxième confinement. On est donc encore loin de l'avant crise (-12 en septembre 2019) mais cette remontée laisse à penser que la reprise économique est bien là. 

L'activité économique a finalement mieux résisté ces derniers mois même si les chiffres du premier trimestre se sont avérés décevants. Mais c'est surtout la campagne de vaccination qui s'est ouverte à tous les adultes ce lundi qui permet de mieux envisager l'avenir. Pour améliorer la situation économique de la France, 76 % des Français (+6 points depuis février) et 88 % des décideurs (+7 points depuis février) considèrent ainsi la vaccination utile. 

La confiance sur l'avenir, en matière de niveau de vie, a aussi repris des couleurs. Après avoir chuté l'année dernière, l'indice est en hausse constante depuis septembre chez les décideurs comme au sein du grand public. Même (léger) optimisme pour le chômage : 18% des Français pensent que le nombre de chômeurs diminuera dans les mois qui viennent. C'est peu mais bien plus qu'en novembre dernier (7%). 

Le télétravail, nouvelle norme?

Mais la crise a laissé des traces. Seuls 40% des décideurs jugent leurs collaborateurs "motivés" contre 57% en mai 2020 et 42% en février dernier. Même coup de fatigue au sein du grand public où seuls 38% des collaborateurs sont encore motivés (48% en mai 2020). 

Une écrasante majorité, tant chez les décideurs (89%) qu'auprès des Français (79%), juge d'ailleurs que "la violence de la crise, les confinements à répétition et le développement du télétravail depuis un an vont modifier l’organisation du travail en France à l’avenir." Parmi les changements, le développement du télétravail est majoritairement cité (74% pour les décideurs, 59% pour le grand public). Pour les décideurs, le deuxième impact est la "réduction des superficies des immeubles de bureaux en ville" (41%) tandis que les Français s'attendent à une "gestion plus personnalisée du temps de travail" (42%). 

Interviews effectuées en ligne du 20 au 24 avril 2021 auprès d'un échantillon de 400 Décideurs, représentatif de la population des cadres résidant en France métropolitaine (représentativité assurée par la méthode des quotas, appliquée aux critères suivants : sexe, âge, secteur public ou secteur privé) et d'un échantillon grand public de 1001 personnes, représentatif de la population âgée de 18 ans et plus résidant en France métropolitaine (représentativité assurée par la méthode des quotas appliquée aux critères suivants : sexe, âge, profession de l’interviewé, région et catégorie d’agglomération). 

Thomas Leroy Journaliste BFM Business