BFM Business

Le gouvernement appelle Airbus à "limiter au maximum les suppressions d'emplois"

La secrétaire d'État auprès du ministre de l'Économie et des Finances était invitée sur le plateau de Good Morning Business. Elle est notamment revenue sur la situation sur le plan social prévu chez Airbus.

Fin juillet, le patron d'Airbus Guillaume Faury devrait annoncer ses décisions sur les conséquences sociales de la grave crise qui frappe le secteur de l'aérien. Si aucun chiffre sur d'éventuelles suppressions de postes n'a été officiellement dévoilé, la presse évoque de 12.000 à 15.000 postes qui pourraient passer à la trappe. Un plan qui sera évidemment surveillé de près par le gouvernement.

"Sur l'aéronautique, nous avons pris nos responsabilités, nous avons pris un plan aéronautique qui permet l'accompagnement du chômage de longue durée partiel, avec un financement de la R&D absolument énorme puisque nous multiplions par quatre ce financement" rappelle, sur le plateau de Good Morning Business ce mardi, Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d'État auprès du ministre de l'Économie et des Finances.

"Cela permet de sauver des emplois. Donc, moi ce que je demande à Guillaume Faury d'utiliser tous les leviers de ce plan pour éviter, limiter au maximum les suppressions d'emplois" poursuit-elle.

"Après l'aéronautique, c'est 40% de commandes en moins aujourd'hui" rappelle la secrétaire d'Etat. "C'est un fait, ils ne vont pas fabriquer des avions pour les stocker dans un hangar. Donc, je comprends qu'il y ait un ajustement nécessaire. Mais avec un dialogue social le plus responsable possible et cet objectif de réduire au maximum l'impact parce que nous, nous avons mis de l'argent dans cette affaire."

Thomas Leroy