BFM Business

Verallia a attiré 30% d'investisseurs français, se félicite Michel Giannuzzi

Invité sur le plateau de Good Morning Business, le président-directeur général de Verallia, Michel Giannuzzi, s'est réjoui du succès de l'introduction en Bourse du groupe, une étape qui doit contribuer à son expansion à l'international.

L'heure de sonner la cloche est arrivée pour Verallia. La cotation du fabricant d'emballages en verre français débute en effet ce vendredi sur le marché réglementé d'Euronext Paris.

Avec un prix fixé à 27 euros par action, l'ex-filiale de Saint-Gobain signe la plus grosse introduction en Bourse de Paris depuis deux ans, avec 888 millions d'euros de titres cédés par les actionnaires existants (le fonds Horizon Parent Holdings détenu à 90% par l'américain Apollo et à 10% par Bpifrance). La capitalisation boursière du géant européen des bouteilles, bocaux et autres récipients destinés à l'alimentation s'élève à près de 3,2 milliards d'euros. Autant de chiffres qui font la fierté de Michel Giannuzzi.

"On a réussi à attirer grâce à la qualité des résultats de la société et de son plan d'affaires pour les années qui viennent… On a réussi à attirer à peu près 40% d'investisseurs institutionnels britanniques, 30% de Français – ce qui est assez remarquable – et 30% d'investisseurs dans le reste de l'Europe".

Une introduction en Bourse dont le succès est d'autant plus remarquable puisque, deux jours plus tôt, les principaux marchés financiers subissaient une véritable douche froide, du fait, notamment, des incertitudes qui entourent l'économie américaine.

Rassurer les investisseurs

Avec 16 milliards de bouteilles produites en 2018 pour 10.000 clients et 2,4 milliards de chiffre d'affaires, la firme tricolore ne cache pas du reste sa volonté de jouer d'autant plus - grâce à son introduction boursière - la carte de la transparence, notamment vis-à-vis de ses clients américains.

Une stratégie de communication qui, selon Michel Giannuzzi, comporte bien des avantages. "Ça va nous permettre d'avoir plus de visibilité effectivement vis-à-vis d'un certain nombre de clients notamment internationaux puisque nous travaillons dans un grand nombre de pays dans le monde". Objectif affiché: rassurer les investisseurs sur la "qualité de la société", rappelle le patron de Verallia.

"On donnera bien sûr beaucoup plus d'informations en ce qui concerne la société (d'ailleurs pas que des informations financières). Nous avons une approche qui est globale sur tous les aspects environnementaux, sociétaux et sociaux qui entourent et qui font partie de notre économie (…) Nous allons pouvoir rassurer et ou en tous cas conforter notre leadership mondial puisque nous sommes aujourd'hui le troisième producteur de bouteilles et de pots en verre au monde. Et cela va nous permettre de continuer notre expansion à l'international", souligne Michel Giannuzzi.

Julie Cohen-Heurton