BFM Business

Ventes d'armes: comment Airbus va contourner le blocage des contrats par l'Allemagne

Airbus cherche à éliminer autant que possibles les fournisseurs allemands qui travaillent sur ses appareils.

Airbus cherche à éliminer autant que possibles les fournisseurs allemands qui travaillent sur ses appareils. - Arun SANKAR / AFP

Airbus chercherait à ne plus utiliser de pièces allemandes sur ses avions afin d'empêcher l'Allemagne de geler les contrats. Le C295 sera le premier appareil sur lequel les éléments "made in Germany" seront éliminés.

Après les paroles, les actes. Il y a quelques jours, le patron d'Airbus disait devenir "fou" par le gel unilatéral de contrats d'armement par l'Allemagne pour les équipements qui utilisent des pièces fournies par des entreprises allemandes. Le groupe a trouvé une parade pour le moins radicale.

Selon Reuters, qui tient cette décision de plusieurs sources, Airbus a purement et simplement décidé de revoir la conception de ses avions pour retirer l'ensemble des composants allemands.

Les limites de la méthode: L'Eurofighter Typhoon

Le premier de la liste est l'avion de transport militaire C295 assemblé en Espagne. Environ 4% des pièces de cet appareil sont d'origine allemande, affirme l'une de ces sources qui précise que parmi ces éléments, les phares d'atterrissage du C295 sont "made in Germany". Airbus a reçu 208 commandes de 28 pays pour cet avion de transport militaire, dont 166 exemplaires sont actuellement opérationnels dans le monde.

Une autre source dévoile qu'Airbus veut aller plus loin. Le groupe mène une étude pour lister toutes les pièces susceptibles d'être remplacées sur d'autres modèles d'avions. Cette stratégie a toutefois ses limites. Il serait en effet "difficile, voire impossible, de modifier la conception de l'Eurofighter Typhoon", un programme multinational composé pour environ un tiers de pièces allemandes.

Pascal Samama