BFM Business
Industries

Vaccin anti-covid: depuis décembre, l'Europe a exporté 77 millions de doses vers 33 pays

Le vaccin AstraZeneca photographié le 11 mars 2021 à Paris

Le vaccin AstraZeneca photographié le 11 mars 2021 à Paris - JOEL SAGET © 2019 AFP

La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a rappelé lors du sommet européen que 77 millions de doses de vaccins avaient quitté le continent soit bien davantage que les 62 millions de doses administrées aux Européens.

L'Europe a décidé de hausser le ton cette semaine. La Commission européenne a durci le contrôle de ses exportations de vaccins notamment pour faire pression sur le Royaume-Uni qui ne jouerait pas le jeu de la réciprocité avec les vaccins AstraZeneca.

Si l'UE veut davantage contrôler ce que deviennent les vaccins produits sur son territoire, c'est que les usines situées en Europe ont livré près de la moitié de leur production à des pays ne faisant pas partie des 27.

77 millions de doses de vaccins exportées

Selon la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen, les sites de production situés dans l'UE ont exporté 77 millions de doses de vaccins dans le monde depuis le 1er décembre dernier vers 33 pays dont le Canada, les Etats-Unis, le Mexique, le Royaume-Uni et la Chine.

A cela s'ajoute la contribution Covax, ce dispositif de l'OMS permettant d'assurer l'accès aux vaccins aux pays les moins riches qui n'en produisent pas. La Commission assure que l'Europe est le principal donateur avec 31 millions de doses distribuées jusqu'à présent à 54 pays.

Jusqu'à présent les usines basées sur le territoire européen ont donc exporté plus de doses que le nombre qui a été administré aux citoyens des 27. A date, les Européens ont reçu 62 millions de doses de vaccins pour 88 millions de doses livrées, assure Ursula von der Leyen. Près de la moitié des doses produites sur le territoire européen sont donc parties à l'export.

21 millions de vaccins pour le Royaume-Uni

Dont une bonne partie vers le Royaume-Uni. Le pays de Boris Johnson aurait reçu depuis décembre dernier 21 millions de doses de vaccins en provenance de l'UE (la Commission ne précise pas quels vaccins sont principalement partis outre-Manche). Alors que le pays a vacciné 29 millions de personnes, l'essentiel de ses doses proviennent des usines basées en Europe.

De quoi faire grincer des dents car dans le même temps, l'UE ne recevait aucun vaccin en provenance de l'extérieur. Les Etats-Unis ayant décrété une interdiction des exportations de vaccins produits sur son territoire et le Royaume-Uni ayant négocié avec AstraZeneca la priorité dans les livraisons de vaccins.

Si chaque pays a privilégié sa propre population, l'Europe aurait-elle dû en faire autant plutôt d'exporter des millions de doses dans le monde? Ce n'est d'abord pas sa philosophie qui est historiquement basée sur le libre-échange.

"L'UE reste attachée au multilatéralisme, rappelle à franceinfo Ricardo Borges de Castro, directeur associé du think tank bruxellois European Policy Center . Bloquer des exportations, ce n'est pas dans la tradition de l'Europe, qui est attachée au libre-échange. Sans compter les engagements pris dans le cadre de Covax."

La multiplication des interdictions d'exportations aurait en effet pu avoir plus d'effets néfastes pour la production de vaccins. Car si l'UE n'a importé aucune dose, de nombreux composants essentiels à la fabrication des vaccins proviennent de l'extérieur comme les lipides qui entrent dans la production du vaccin Pfizer. L'essentiel provient de ces lipides provient des Etats-Unis et du Royaume-Uni.

"La plupart des ingrédients indispensables à la fabrication des vaccins se trouvent à l'extérieur du bloc, résume Jacob Kirkegaard du think tank German Marshall Fund à franceinfo. On aurait pu voir d'autres pays, eux aussi, interdire leurs exportations, ce qui aurait au final réduit la quantité de vaccins disponibles pour les Européens."

Le protectionnisme des Etats-Unis et du Royaume-Uni

D'autant que les Etats-Unis et le Royaume-Uni font figure d'exception au niveau mondial. Ce sont les deux seuls pays selon le cabinet Airfinity à n'exporter aucun des vaccins produits sur leur territoire. L'UE, l'Inde et la Chine livrent à l'étranger entre 40 et 50% de leur production.

De plus, les usines européennes ont commencé à produire début décembre à une période où seuls les Etats-Unis et le Royaume-Uni avaient débuté leur campagne de vaccination. Priorité a donc été donné aux pays dont la population allait profiter immédiatement des doses livrées.

Reste une question: les fabriquants auraient-ils accepté de produire sur le continent européen si la Commission avait imposé un contrôle strict des exportations? L'Europe est déjà le seul territoire à avoir exigé des laboratoires que la responsabilité en cas d'échec ou d'effets secondaires soit partagée entre eux et les Etats. Les laboratoires qui ont fini par céder sur cette exigence auraient-ils accepté de voir leur production limité aux pays européens ou auraient-ils redéployé leur production en dehors de l'Union? Auquel cas, le nombre de vaccins produits sur le continent aurait peut-être été moindre.

Frédéric Bianchi
https://twitter.com/FredericBianchi Frédéric Bianchi Journaliste BFM Éco