BFM Business

Pourquoi le gazole risque de coûter très cher en 2030

Le gazole pourrait dépasser les 1,80 euro le litre en 2030

Le gazole pourrait dépasser les 1,80 euro le litre en 2030 - Philippe Huguen - AFP

"Francis Duseux, le président de l'Union française des industries pétrolières lance "un avertissement" au gouvernement. Avec l'accumulation des taxes, le prix du litre de gazole pourrait s'approcher des 2 euros dans quinze ans."

Un "avertissement" au gouvernement. Voilà ce qu'a voulu lancer Francis Duseux, sur BFM Business ce vendredi 11 mars. Ce qui inquiète le président de l'Union française des industries pétrolières? L'alourdissement de la fiscalité sur le gazole. Aujourd'hui, fait-il remarquer, sur un litre d'un euro, "la taxation c'est 200% du prix de base (70 centimes)". Et "on sent que la tendance est à une forte hausse potentielle des taxes".

80-90 centimes en plus

Francis Duseux cite trois raisons. Premièrement, "dans la trajectoire carbone votée dans la dernière loi de Finances on va, à l'horizon 2030, vers une taxe carbone à 100 euros la tonne, soit une augmentation de 35 centimes par litre pour le gazole, sachant que 14 centimes ont déjà été votés". Même si chaque hausse "fera l'objet d'un vote à chaque loi de Finances".

Deuxièmement, il y a le rattrapage de la fiscalité entre l'essence et le diesel voulu par le gouvernement. Selon Francis Duseux, "l'écart est, grosso modo, de 20 centimes par litre, cela veut dire qu'il faut augmenter le gazole de 10 centimes par litre" (pour réduire l'écart, ndlr).

À cela s'ajoute la possible hausse du pétrole sur les marchés."Nous sommes convaincus que toutes les conditions sont réunies pour que le pétrole remonte. Les investissements ont été coupés de 200 milliards en deux ans, ce qui veut dire que des projets ont été abandonnés. On risque de se retrouver à l'horizon 2020 avec une offre inférieure à la demande qui, elle, continue d'augmenter", développe le président de l'UFIP. Ce qui pourrait se traduire par une hausse de 30 centimes sur le prix à la pompe.

Des raffineries peu compétitives

En additionnant toutes les augmentations citées auparavant, Francis Duseux arrive "assez rapidement à 80-90 centimes" de plus, soit donc environ 1,80 euro le litre dans 15 ans.

En plus de cela, le financement des énergies renouvelables risque de taper encore un peu plus. "Cela devient tellement dur que le gouvernement est en train de réfléchir à l'extension de la CSPE (contribution au service public de l'électricité, ndlr) au carburant", regrette Francis Duseux. Il assure que la hausse de cette fiscalité "a des impacts majeures" notamment "au niveau de la compétitivité des entreprises".

Le président de l'UFIP a également profité de l'occasion pour alerter sur la compétitivité des raffineries européennes dont les marges s'effondrent. "Le handicap d'une raffinerie française par rapport à une raffinerie américaine c'est 20 centimes la tonne soit 1 milliard par an à raison de 50 millions de tonnes en France", a-t-il déploré. Ce qui est d'autant plus problématique selon lui "que nous sommes en grand surplus de capacité de raffinage" en Europe.

J.M.