BFM Business

Lactalis: l'affaire du lait infantile contaminé lui a coûté très cher

Le président de Lactalis a indiqué que le chiffre d’affaires 2018 du groupe devrait être de 18,5 milliards d’euros, en quasi-stagnation par rapport à 2017.

Le président de Lactalis a indiqué que le chiffre d’affaires 2018 du groupe devrait être de 18,5 milliards d’euros, en quasi-stagnation par rapport à 2017. - Jean-François Monier-AFP

D'habitude très secret, Lactalis, groupe familial non coté, a dévoilé ses résultats 2017 et des estimations pour 2018. Son activité a été affectée par le scandale sanitaire du lait infantile contaminé de l'usine de Craon (Mayenne), qui a pesé 300 millions d'euros sur les deux années passées.

Le groupe Lactalis, jusqu'ici très secret, a communiqué, via son très discret patron, Emmanuel Besnier, sur ses résultats financiers et l'impact négatif que l'affaire du lait infantile contaminé a exercé sur son activité.

Le géant laitier a été touché en 2017 par un scandale sanitaire après la découverte de salmonelle dans du lait maternisé produit dans son usine de Craon, en Mayenne. Lactalis avait été contraint d'arrêter sa production et de rappeler l'ensemble de la production de lait infantile de cette usine.

Selon le ministère de la Santé, 38 bébés sont tombés malades après avoir bu du lait incriminé, mais "il reste quelques familles qui n'ont pas voulu transiger", avec Lactalis, et ont préféré une procédure judiciaire, a souligné la patron de Lactalis.

Puis, le groupe n'a reçu qu'en septembre 2018 le feu vert des autorités sanitaires pour reprendre la commercialisation de la poudre de lait infantile produite dans son usine de Craon (Mayenne).

Des milliers de boîtes de lait ont dû être remboursées

Sur les deux années passées, cette affaire de lait infantile contaminé aura pesé lourd: 300 millions d'euros cumulés sur les résultats, selon une estimation du groupe, citée par Le Monde et Les Echos.

À la perte d'exploitation due à l'arrêt de l'usine de Craon, s'ajoutent les 12 millions d'euros de travaux investis dans l'usine, le manque à gagner liés à l'arrêt de la vente des boîtes de laits, ainsi que le remboursement de milliers de boîtes de lait infantile pour les enfants qui n'ont pas été touchés. Enfin Lactalis a dû accorder des indemnisations pécuniaires aux 25 familles de bébés atteints de salmonellose et qui se sont adressées au groupe.

Emmanuel Besnier, le président du groupe a indiqué que le groupe avait accusé un repli de son bénéfice net en 2017, à 387 millions d'euros, contre 406 millions un an plus tôt, à cause de l'affaire du lait infantile contaminé. Le bénéfice net 2018 sera "en légère amélioration", a-t-il ajouté. 

Les ventes totales de 2018 ont quasiment stagné

Les ventes de l'année 2018, pas encore consolidées par Lactalis, seront plombées par l'évaluation défavorable des taux de changes, notamment en Turquie et au Brésil, qui s'ajouteront à l'impact de la crise sur la nutrition infantile qui s'est encore fait sentir l'an passé.

Résultat, la croissance en 2018 ressort à 0,5%, mais hors effets de change et impact de la nutrition infantile, "la croissance serait à plus de 5% par rapport à l'année précédente", a indiqué le directeur général Daniel Jaouen.

Emmanuel Besnier a confirmé l'objectif du groupe de réaliser 20 milliards d'euros de chiffre d'affaires en 2020, contre 18,5 milliards d'euros en 2018, et 18,4 milliards en 2017.

Frédéric Bergé avec AFP