BFM Business

La France fait voler un drone capable de larguer une fusée et ses satellites

Le drone Eole mis au point par le CNES et l'Onera a réussi le largage d'une maquette de lanceur de satellites, lors de tests effectués au centre spatial guyanais de Kourou.

Le drone Eole mis au point par le CNES et l'Onera a réussi le largage d'une maquette de lanceur de satellites, lors de tests effectués au centre spatial guyanais de Kourou. - ESA-CNES-Arianespace - JM Guillon

L'Onera, l'organisme français de recherche aérospatiale, a réussi à tester le lancement aéroporté de fusée, basé sur un drone capable de larguer en vol son lanceur. L'enjeu: mettre sur orbite de petits satellites avec une fusée embarquée sur un avion plutôt qu'avec les lanceurs lourds classiques à décollage vertical.

Pourra-t-on bientôt mettre sur orbite de petits satellites à partir d'un lanceur aéroporté en complément de grosses fusées classiques à décollage vertical? C'est le pari technologique réussi il y a quelques jour par l'Onera, organisme français de recherche aéronautique.

Au centre spatial guyanais (CSG) de Kourou en Guyane, un démonstrateur à échelle réduite de système de lancement aéroporté de petits satellites, mis au point avec le Cnes et Aviation Design, a réussi à voler en larguant avec succès une maquette de lanceur, et non une fusée réelle.

Une approche complémentaire des lanceurs lourds?

L'enjeu de cette démonstration consiste, à terme, à réussir le lancement commercial à moindre coût de petits satellites portés par une fusée, elle-même embarquée à bord d'un drone. Selon le Cnes, un tel système aéroporté apporterait de la flexibilité au lancement des nanosatellites souvent tributaires des gros satellites.

Au CSG de Kourou, plusieurs vols automatiques du drone baptisé Eole avaient été réalisés "hors vue" avant celui réalisant avec succès le largage de la maquette de lanceur. La prouesse technique a consisté à réussir la délicate opération de séparation/largage en mode automatique entre l'aéronef et la maquette de lanceur située en dessous.

es test réussi est issu de la coopération entre l’Onera et le Cnes. Ils avaient été rejoints depuis fin 2015 par six partenaires européens (GTD, Bertin Technologies, ETHZ, Piaggio Aerospace, NAMMO et SpaceTec) dans le cadre du projet européen ALTAIR. Le projet, lancé fin 2015 pour quatre ans, est financé à hauteur de 3,5 millions d’euros par l'Union Européenne et 0,5 millions d'euros par la Suisse.

ALTAIR est axé sur le lancement spatial de petits satellites ayant une masse de 50 à 150 kg à placer sur des orbites basses entre 400 et 1000 km d’altitude. Le drone utilisé pour le lancement aéroporté est un avion automatisé réutilisable, larguant en altitude un lanceur consommable (non-réutilisable). De plus, l’étage supérieur est "ré-allumable", ce qui apportera de la flexibilité aux futures missions, précise-t-on à l'Onera, en permettant notamment de lancer plusieurs satellites sur des orbites différentes.

Reste maintenant à affiner la définition détaillée du système complet (porteur, lanceur et segment sol), associée à un business plan ainsi qu’à une feuille de route et une proposition d’organisation industrielle.

Frédéric Bergé