BFM Eco

La Chine crée doucement mais sûrement la seconde flotte de porte-avions mondiale

Il ne faudra que deux décennies à la Chine pour être le deuxième plus gros propriétaire de porte-avions du monde, derrière les États-Unis et loin devant la France. Le premier navire est opérationnel depuis 2012, le second sera prêt en 2020 et un troisième, nucléaire celui-là, en 2025..

Et de deux. Après le lancement en 2012 d’un premier porte-avion, le Liaoning, la Chine poursuit les tests d’un second navire. Il vient de quitter le port de Dalian pour effectuer ses seconds essais en mer respectant au jour près le calendrier prévu. Il sera opérationnel en 2020. D'autres bâtiments suivront. Un beau succès pour un pays qui, malgré un territoire maritime de plus de 3 millions de kilomètres carrés et une flotte importante, ne disposait pas de porte-avions il y a seulement six ans.

Cette aventure a démarré dans les années 90. Pour devenir une puissance navale, il est impératif de disposer de porte-avions. Problème, la Chine n’en a ni les moyens financiers, ni les compétences et pour des raisons de géostratégie, de nombreux pays ne veulent pas vendre aux Chinois.

Le gouvernement cherchait donc à acheter un navire d’occasion afin de le remettre en état ou même des plans pour en construire un. Après des fins de non-recevoir par plusieurs pays, dont la France, l’Ukraine accepte en 2002 de vendre un modèle soviétique de 1988 déclassé qu’un armateur de Macao voulait acheter pour le transformer en casino flottant. Ce navire de 67.500 tonnes a été payé 20 millions de dollars.

Un porte-avion russe d'occasion restauré

En seulement 10 ans, ce navire à propulsion classique est remis en état et prend la mer en 2012 avec 10 avions chasse à son bord. Par contre, il ne s’agit pas d’un modèle ultramoderne. Les pilotes doivent exercer tout leur talent pour décoller car le Liaoning utilise le système STOBAR avec lequel les avions ne sont pas catapultés. Ils prennent leur envol en prenant de la vitesse et avec tremplin en bout de piste.

Le second porte-avion est le Shondong. Sa conception est inspirée du premier, il s’agit d’un véritable événement national. Et pour cause, c’est le premier modèle "made in China". Il a été construit dans les chantiers navals de Jiangnan, près de Shanghai. Ce navire de 50.000 tonnes est plus long (315 mètres de long pour 75 mètres de large) afin de prendre à bord 25 avions de chasse.

Un porte-avion nucléaire en 2025

Si ces deux modèles sont propulsés par des chaudières qui dégagent des fumées noires les rendant visibles à des miles à la ronde, le troisième, qui est en préparation, sera lui un porte-avion nucléaire qui pourra effectuer des missions plus longues. A ce jour, seuls les États-Unis et la France disposent de tels navires. La Chine compte avoir le sien en 2025.

En 2030, elle pourrait encore disposer de trois autres porte-avions ce qui fera de l’empire du milieu le second pays après les États-Unis qui en ont 11. Mais loin devant la France, la Russie et l’Inde qui ne disposent chacun que d’un bâtiment, ce qui laisse supposer que les mers et les océans verront bientôt naviguer encore d’autres porte-avions dans les prochaines années.

https://twitter.com/PascalSamama Pascal Samama Journaliste BFM Éco