BFM Business

L'industrie agroalimentaire dénonce l'effet "dramatique" de la guerre des prix entre distributeurs

Invitée sur BFM Business ce mardi, la directrice générale de l'Association nationale des industries alimentaires (Ania), Catherine Chapalain, a dénoncé le comportement de la grande distribution qui a contribué à la déflation continue des prix des produits alimentaires au cours des sept dernières années.

Alors que les négociations commerciales s'achèvent dans une semaine, la directrice générale de l'Association nationale des industries alimentaires (Ania), Catherine Chapalain, a dénoncé ce mardi sur BFM Business "la guerre des prix" que se livrent les enseignes de grande distribution, au détriment de la rémunération des agriculteurs.

Cette guerre a mené selon elle à une "déflation sur les prix des produits alimentaires" au cours des sept dernières années. "Aujourd'hui, ce n'est plus tenable parce que pendant ces sept années, on a connu une inflation de nos coûts, et cette année en particulier il y a une flambée de certaines matières premières agricoles", a-t-elle ajouté.

Revenir à "une infaltion raisonnée et reponsable"

"Cette guerre des prix est avant tout une guerre des parts de marché entre enseignes", a martelé Catherine Chapalain, jugeant ses conséquences "dramatiques" pour la filière. "D'abord pour les agriculteurs. Parce que, comment on va faire ruisseler le prix à l'agriculteur si on a toujours un pression sur nos tarifs?", s'est-elle intérrogée.

La deuxième conséquence de cette déflation continue porte "sur la compétitivté de nos entreprises" et leurs capacités à "investir, recruter et innover dans ce contexte", a poursuivi la directrice générale de l'Ania.

Enfin la troisième conséquence touche à "la souveraineté alimentaire du pays. "On a vu que les Français étaient très attachés à leur alimentation, à leur agriculture, à leur industrie agroalimentaire. (Faisons) attention à la préserver. On ne peut plus tenir si on ne passe pas par une inflation qui soit raisonnée et responsable" a-t-elle mis en garde.

https://twitter.com/paul_louis_ Paul Louis Journaliste BFM Eco