BFM Business

Engie va vendre sa filiale de maintenance industrielle Endel à Altrad

Engie veut se séparer à terme d'une partie de ses activités de services - qui pourront être vendues ou mises en Bourse

Engie veut se séparer à terme d'une partie de ses activités de services - qui pourront être vendues ou mises en Bourse - Engie

Engie serait sur le point de vendre "à prix négatif" Endel, sa filiale spécialisée dans la maintenance industrielle, au groupe français Altrad. L'entreprise emploie 7000 personnes.

Le géant de l'énergie Engie est sur le point de vendre sa filiale Endel, spécialisée dans la maintenance industrielle, au groupe français Altrad, selon les informations du quotidien Le Figaro.

"La reprise par Altrad a reçu le feu vert de l'Etat, actionnaire à 23,64% d'Engie, ainsi que celui d'EDF, principal client de l'activité nucléaire d'Endel", ajoute le journal.

D'après les information du Figaro, la valorisation d'Endel est peu élevée, en raison des difficultés que rencontre l'entreprise, et la vente se ferait même "à prix négatif".

"La valorisation n’est pas terrible, reconnaît une autre source. L’entreprise connaît de vraies difficultés dans ce secteur, et subit des pertes de contrats récurrentes", a indiqué au Figaro une source proche du dossier.

Endel emploie quelque 7.000 personnes et est notamment active dans les centrales nucléaires mais aussi la pétrochimie ou la sidérurgie.

Sa cession avait été annoncée en octobre 2020 par Engie, qui avait présenté quelques mois plus tôt une stratégie de recentrage sur certains pays et activités considérées comme cruciales, dans les énergies renouvelables ou les infrastructures.

Le groupe veut se séparer à terme d'une partie de ses activités de services - qui pourront être vendues ou mises en Bourse - et de certaines participations jugées non essentielles. Il vient ainsi de vendre l'essentiel de sa participation dans le groupe d'eau et de déchets Suez au grand rival de ce dernier, Veolia. Altrad est une entreprise française de services aux entreprises industrielles et de matériel pour le bâtiment qui emploi environ 40.000 personnes dans le monde.

PS avec AFP