BFM Business

De Veolia à Thales, la déchéance salariale de Proglio

Henri Proglio est passé de près de 3 millions d'euros de salaire annuel en 2010 à bientôt 140.000 euros annuels!

Henri Proglio est passé de près de 3 millions d'euros de salaire annuel en 2010 à bientôt 140.000 euros annuels! - Carl Court - AFP

Selon une indiscrétion du Monde, le gouvernement jugerait Henri Proglio "trop gourmand". Pour présider Thales, l'ex-PDG de Veolia, puis d'EDF, demanderait 400.000 euros. Il faut dire qu'Henri Proglio n'a cessé de voir  baisser sa rémunération depuis 2010.

Henri Proglio "trop gourmand"? L'ex PDG d'EDF en partance pour Thales, réclamerait un salaire quasiment trois fois plus élevé que ce que lui propose l'Etat, premier actionnaire de l'équipementier pour l'aérospatiale et la défense, écrit ce jeudi 5 février Le Monde.

"Monsieur Proglio est très gourmand", dit une source gouvernementale citée par le quotidien du soir. Ce dernier, pour occuper un poste de président non-exécutif du groupe d'armement, voudrait toucher quelque 400.000 euros de rémunération annuelle alors que l'Etat lui proposerait (seulement)140.000 euros.

Henri Proglio est censé remplacer chez Thales son successeur à la tête d'EDF: Jean-Bernard Lévy, nommé le 15 octobre. Remplacer seulement en partie. Il formerait un tandem avec Patrice Caine, ex-numéro deux du groupe, qui en prendrait la direction générale. L'ex-EDF, lui, prendrait la présidence du groupe. Un poste non-opérationnel. Mais cette succession peine à se mettre en place. Thales a reporté fin-janvier l'assemblée générale prévue le 4 février pour avaliser la transition. Et aucune date n'a été fixée pour son report.

Ce n'est pas la première fois que le salaire d'Henri Proglio fait scandale. En 2012, président d'EDF, il avait été forcé de se conformer au plafonnement des salaires des dirigeants de groupes publics instauré par le gouvernement. L'Etat, qui détient 84% du capital d'EDF, a en effet fixé un montant maximum de salaire annuel, fixe et variable, de 450.000 euros. Soit pas plus de 20 fois le salaire minimum.

La rémunération annuelle du PDG du géant français de l'énergie était ainsi passé de 1,6 million d'euros en 2011 à 1,3 million en 2012. Le plafond fixé par le président nouvellement élu n'avait en effet été appliqué que sur les trois derniers mois de l'année. 

Légende: nous avons pris en compte, pour les cinq dernières années, les revenus distribués par EDF et Veolia (sous la forme de jetons de présence en 2011 et 2012 puisqu'Henri Proglio y est resté comme administrateur ces années-là). Nous n'avons en revanche pas pris en compte ses revenus d'administrateur chez Natixis et Dassault Aviation.

Si les 400.000 euros exigés aujourd'hui par Henri Proglio peuvent paraître astronomique au commun des mortels, pour le sulfureux dirigeant, elle acte une forte dégradation de ses revenus. Il faut dire qu'il partait de très haut. Lorsqu'il a été nommé chez EDF, en 2010, il était encore président du conseil d'administration de Veolia. Une double casquette qui lui permettait de toucher plus de 2 millions d'euros de rémunération annuelle: 1,6 million de la part de l'énergéticien français, soit un salaire en hausse de 45% par rapport à son prédécesseur, et 450.000 du groupe de services aux collectivités. 

Finalement, mis sous pression, Proglio avait lâché son mandat d'administrateur chez Veolia. Non sans toucher une confortable retraite d'un million d'euros. Mais plus aucun jeton de présence, qui lui ont rapporté jusqu'en 2012 un matelas moelleux de plus ou moins 40.000 euros annuels.

En 2013, c'est brutal. Plus de revenus de Veolia, et salaire ceinturé par l'état. Sa rémunération passe de 1,3 million d'euros en 2012 à 460.00 en 2013. Des revenus divisés par deux en un an.

Finalement chez Thales ses exigences supposées pourrait passer pour relativement modestes au regard des émoluments de son prédécesseur. La rémunération de Jean-Bernard Lévy avait atteint plus d'un million d'euro (1.008.039 euros) en 2013. Sans compter les jetons de présence pour siéger au conseil d'administration (38.500 euros par an). Reste qu'Henri Proglio ne reprend qu'une partie, et les moins prenantes, des attributions de son successeur chez EDF. 

Nina Godart