BFM Business

Alstom: Mitsubishi ne convainc pas en Bourse

L'offre de Mitsubishi sur certaines activités d'Alstom n'enthousiasme pas les investisseurs.

L'offre de Mitsubishi sur certaines activités d'Alstom n'enthousiasme pas les investisseurs. - -

Le titre du groupe japonais cède encore du terrain à la Bourse de Tokyo ce 17 juin, après l'annonce de son offre sur Alstom. Outre les investisseurs, c'est l'exécutif français qu'il lui faudra convaincre aujourd'hui.

Mitsubishi Heavy Industries cède du terrain à la Bourse de Tokyo. Le titre a perdu 1,42% ce mardi 17 juin. Les investisseurs n'ont pas été convaincus par l'annonce, quelques heures auparavant, d'une offre conjointe avec l'allemand Siemens pour un vaste partenariat industriel avec le français Alstom.

Le titre MHI, aujourd'hui à 621 yens, avait été dopé la semaine dernière sur fond de diverses rumeurs, jusqu'à atteindre 654 yens. Avant l'annonce hier lundi, il perdait déjà 3,66% à 630 yens.

Mitsubishi s'est joint à Siemens pour formuler une offre sur Alstom. Le nippon a proposé la constitution de trois coentreprises: une pour les turbines vapeur, une pour les réseaux intelligents (smart-grid) et la troisième pour les turbines hydrauliques.

Rdv à l'Elysée

Pour 3,1 milliards d'euros au total en cash, le groupe japonais prendrait 40% de la première et 20% des deux autres. Parallèlement, il rachèterait 10% du capital total d'Alstom à Bouygues, dont la part actuelle s'élève à quelque 29%.

Outre la garantie d'emplois de la part de Siemens sur l'activité turbines à gaz d'Alstom que le groupe allemand voudrait acquérir, l'alliance entre MHI et Alstom permettrait de créer plus de 1.000 postes en France, estime le tandem nippo-allemand.

Les deux groupes vont maintenant devoir convaincre l'exécutif français de la pertinence de leur offre. Le président de Siemens, Joe Kaeser, et celui de Mitsubishi Heavy Industries, Shunichi Miyanaga ont rendez-vous avec François Hollande à l'Elysée à 10h30 ce matin. En fin d'après-midi, ils seront tous deux auditionnés devant la commission des Affaires économiques à l'Assemblée nationale.

N.G. avec agences