BFM Business

Huawei, privé des applications de Facebook

-

- - JACK TAYLOR / AFP

Facebook rejoint les nombreuses entreprises technologiques contraintes de couper tout ou partie de leurs liens avec Huawei. Les nouveaux smartphones du géant asiatique vont être privés des applications du premier réseau social du monde.

C'est un nouveau coup dûr pour le géant chinois. Désormais, les applications Facebook ne seront plus pré-installées sur les nouveaux appareils Huawei. Conséquence des mesures de l'administration américaine, prises au nom de la sécurité nationale, interdisant le passage de technologies entre groupes chinois et américains.

Facebook est en train d'examiner les textes officiels des autorités américaines et de « prendre les mesures pour s'y conformer », a ainsi indiqué une porte-parole du groupe à l'AFP. Pour l'heure, le géant américain a suspendu la fourniture de technologies permettant à Huawei de pré-installer ces applications.

Alors que les Etats-Unis et la Chine sont embourbés dans une guerre commerciale à coup de droits de douane punitifs, Huawei cristallise en grande partie le conflit. Washington a placé mi-mai le groupe chinois, actuellement numéro deux des smartphones et leader mondial de la 5G, sur une liste d'entreprises soupçonnées d'espionner pour le compte de Pékin.

Les Etats-Unis ont donné trois mois de délai à Huawei, jusqu'à mi-août, avant d'imposer les sanctions, le temps que les industriels s'adaptent. Des sanctions qui mettent en péril la survie du groupe chinois privé de technologies et de composants dont ses appareils ont besoin.

Qualcomm, Intel et Google coupent les ponts avec Huawei

Les groupes américains Qualcomm et Intel notamment, qui figurent parmi les plus importants producteurs de puces électroniques, ont déjà annoncé qu'ils ne fourniraient bientôt plus le groupe chinois. Google a aussi indiqué qu'il devait couper les ponts avec Huawei, le privant ainsi de l'accès à son système mobile Android et à ses applications.

En toute logique, si les sanctions américaines restaient en l'état, les appareils de Huawei pourraient donc perdre l'accès à la boutique en ligne d'applications de Google, le Play Store. Sans Facebook pré-installé et sans accès au Play Store, impossible donc pour les propriétaires des futurs smartphones Huawei d'accéder aux applications du réseau social comme à de nombreuses autres applications. Et la liste des entreprises qui tournent le dos au géant chinois ne cesse de s'allonger.

Pas d'inquiétude en revanche pour les actuels propriétaires de smartphones Huawei qui seront épargnés. Les utilisateurs des applications Facebook, WhatsApp, Instagram, ou encore Messenger pourront continuer à les utiliser et à les mettre à jour.

En plus des sanctions directes contre Huawei, les Etats-Unis s'attachent depuis plusieurs mois à convaincre les autres pays de cesser de faire affaire avec le groupe chinois. Pékin a riposté, notamment en laissant entendre qu'il pourrait bloquer ses exportations de « terres rares », des métaux dont l'industrie américaine a besoin dans de nombreux secteurs de pointe.

La Chine en produit plus de 70% au niveau mondial, et surtout accapare presque toute leur transformation, rendant les États-Unis dépendants à 80% des importations chinoises. Des métaux indispensables pour leurs industries les plus stratégiques, notamment les véhicules électriques, l'industrie numérique et l'armement.

La Chine doit aussi apporter très prochainement des détails sur sa très attendue liste noire d'entreprises étrangères « non fiables ». Reste à savoir si ces menaces seront suffisantes pour faire plier Washington.

Sandrine Serais