BFM Business

Entreprises: l'absentéisme a fortement progressé en 2020

Le taux d'absentéisme moyen a augmenté de 24% dans les entreprises françaises en 2020, selon un baromètre réalisé par le cabinet de conseil Ayming.

Des salariés plus souvent absents à cause de la crise sanitaire. L'absentéisme a grimpé de 24% en 2020 par rapport à l'année précédente, le taux d'absentéisme moyen annuel passant de 5,54% à 6,87%, rapporte le treizième baromètre sur le sujet réalisé par le cabinet de conseil Ayming. Par ailleurs, 41% des salariés ont posé au moins un arrêt maladie dans l'année. La pandémie "a accéléré de manière énorme" l'absentéisme, explique Denis Blanc, directeur général d'Ayming, sur le plateau de BFM Business.

Un quart des salariés interrogés se sont en effet absentés pour un arrêt lié à la pandémie en 2020, pas seulement pour les infections au Covid mais aussi pour les situations de cas contact, les personnes à risque et les gardes d'enfants, précise le baromètre. Dans le secteur de la santé, en première ligne face à la crise sanitaire, le taux moyen d'absentéisme augmente de 30% par rapport à l'année précédente (8,26% en 2020 contre 6,34%).

"La dégradation [de l'absentéisme], ce n'est pas juste les personnes qui étaient absentes qui sont absentes plus longtemps: 17% de personnes en plus ont été absentes. Ça a touché une population beaucoup plus large, les hommes comme les femmes", assure Denis Blanc.

Désengagement des salariés

La crise sanitaire n'a pas été sans conséquence sur la vie des salariés: 20% des salariés interrogés ont déclaré ressentir une dégradation de leur santé physique et 35% de leur santé psychologique. Plus que le lieu de travail, présentiel ou télétravail, c'est principalement l'évolution du temps de travail qui est responsable de cette dégradation de la santé au travail, assure l'étude, qui précise que 49% des salariés ont vu leur temps de travail évoluer, dont 29% à la baisse et 20% à la hausse.

"Les entreprises ont essayé de faire beaucoup de choses pour s'adapter à la situation, avec du télétravail, changer les durées de travail, mais ça n'a pas suffi. On a su protéger la santé physique des salariés avec le télétravail, mais il a augmenté le désengagement", explique Denis Blanc.

Un peu plus d'un quart des salariés (26%) déclarent en effet constater une diminution de leur niveau d’engagement dans le travail, et près de la moitié (45%) souhaitent changer de poste ou d'entreprise.

Jérémy Bruno Journaliste BFMTV