BFM Business

Entrée en bourse d'Aramco: le prince héritier saoudien devrait donner son feu vert ce dimanche

-

- - Fayez Nureldine / AFP

Le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane devrait donner ce dimanche son feu vert à une introduction en Bourse du géant pétrolier Aramco.

Le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane a donné son accord vendredi pour que le lancement de l'introduction en Bourse de Saudi Aramco soit annoncé ce dimanche, selon une source proche du dossier interrogée par l'AFP. 

Aramco s'est pour le moment refusé à tout commentaire. Mais toujours selon cette source, cette transaction devrait valoriser l'entreprise entre 1 500 et 1 700 milliards de dollars, soit la plus grosse capitalisation mondiale. 

Si ce chiffre était confirmé, cela signifierait que le prince héritier saoudien a finalement lâché du lest après avoir réclamé depuis 2016 une capitalisation à 2 000 milliards. L'an dernier, l'homme fort du Royaume avait décidé de reporter l'introduction en Bourse parce que la capitalisation calculée par les banquiers, après des rencontres avec de potentiels investisseurs, était en-dessous de ce seuil.

Dimanche, le prince héritier devrait donc annoncer l'entrée en Bourse d'Aramco pour cette année. Il devrait également dévoiler les modalités et le calendrier de cette opération. Un calendrier qui prévoit une introduction en deux temps: d'abord à la Bourse locale saoudienne, le Tadawul, en décembre, et en 2020 sur une place financière internationale encore inconnue.

Ce sont de richissimes familles saoudiennes qui vont apporter les fonds lors de cette opération sur le marché local, rapporte l'agence Bloomberg News, citant des sources anonymes. Les banques locales auraient également été incitées à prêter de l'argent aux petits porteurs.

L'introduction en Bourse d'Aramco, fondé en 1933, est au coeur du plan de réformes nommé "Vision 2030" initié par le prince héritier Mohammed ben Salmane pour diversifier l'économie d'un pays ultra-dépendant du pétrole.

Aramco a indiqué récemment avoir réalisé un bénéfice net de 46,9 milliards de dollars au premier semestre, en chute de 12% en raison de la baisse des prix du brut.

Sandrine Serais avec AFP