BFM Business

Wal-Mart est devenu un leader dans l’énergie solaire

Des panneaux solaires sur le toit d'un magasin Wal-Mart à Puerto Rico.

Des panneaux solaires sur le toit d'un magasin Wal-Mart à Puerto Rico. - -

La chaîne de distribution américaine développe de plus en plus son recours à l’énergie solaire. Wal-Mart passe ainsi des contrats avec des opérateurs pour l’exploitation de panneaux solaires sur le toit de ses centres commerciaux.

Wal-Mart peut-il sauver le solaire? Voilà la question que se pose actuellement le secteur aux Etats-Unis. Wal-Mart, le géant de la distribution outre-Atlantique, produit plus d’énergie photovoltaïque que la majorité des Etats américains !

Aux Etats-Unis, la chaîne produit actuellement 89 mégawatts à partir de l’énergie solaire, assez pour alimenter 22.250 ménages américains. En 2012, le groupe a ainsi économisé 2 millions de dollars, soit 1,4 million d’euros, grâce au solaire.

Wal-Mart possède au total 150 installations photovoltaïques, dans sept pays. D’ici 2020, le groupe veut fournir 7 milliards de kWh d’énergie renouvelable, soit l’équivalent de 620.000 foyers.

Des installations pas toujours rentables

Le projet de Wal-Mart pourrait être un bon tremplin pour le secteur photovoltaïque aux Etats-Unis. Mais le géant de la distribution se contente souvent de passer des accords de rachat l’énergie solaire. Il n’exploite pas directement les installations, comme peut le faire Google.

Concrètement, Wal-Mart fournit les toits de ses centres commerciaux à des exploitants d’énergie solaire qui réalisent et exploitent les installations. Le groupe américain rachète ensuite cette énergie solaire à un coût fixé sur 20 ans. Parmi ses grands partenaires, on retrouve par exemple SolarCity, l’une des entreprises lancées par Elon Musk.

Mais tous les centres commerciaux ne sont pas égaux, prévient Wal-Mart. Dans certains états, l’ensoleillement est trop faible et le coût des énergies fossiles bien plus attractif que le photovoltaïque. "Wal-Mart ne va pas se lancer dans quelque chose qui n’est pas économiquement rentable", expliquait la société la semaine dernière.

Audrey Dufour