BFM Business

Transition énergétique: les entreprises françaises en progrès

Philippe Huguen - AFP

Philippe Huguen - AFP - Les entreprises françaises sont en tête en termes de transition énergétique.

A moins d’un an de la 21ème conférence du climat 2015, l’Europe et en particulier la France se démarquent en termes de transition énergétique. L’organisation internationale CDP a en effet relevé une meilleure "intégration de la performance durable" dans les entreprises tricolores.

Une fois n'est pas coutume, la France se retrouve en position de bon élève. C'est en tout cas ce qui ressort du nouveau rapport du CDP (Climate Disclosure Project), qui expose les données de changement climatique et d’eau de 3.396 entreprises dans le monde. Les entreprises françaises ont en effet été identifiées comme les plus durables, et polluent de moins en moins.

La France se démarque en termes de transparence sur ses émissions de carbone et les moyens mis en place pour les réduire. Mais les entreprises françaises doivent "redoubler" leurs efforts pour atteindre leur objectif de diviser par cinq les émissions de carbone d’ici à 2050. Le tout alors que les investissements dans les projets de réduction d’émissions de carbone ont diminué, passant de 15,9 milliards de dollars en 2013 à 10,2 milliards en 2014. 

Le rapport du CDP souligne également que les "fournisseurs français devraient envisager des investissements dans les énergies renouvelables, en plus de l’accent mis actuellement sur l’efficacité énergétique" puisque le secteur de l’énergie renouvelable est susceptible de devenir de plus en plus concurrentiel.

L’Europe reste fragile

Hors de l'hexagone, les fournisseurs au Royaume-Uni, en Espagne et en Allemagne sont aussi identifiés comme "les plus durables" en termes de réduction d'émissions. Ils ont pris des "mesures importantes" malgré le faible niveau d’exposition aux risques climatiques. 

En Allemagne, la sortie progressive du nucléaire a pourtant ralenti les investissements durables, de 12,3 milliards de dollars en 2013 à 4,6 milliards en 2014. Mais le pays reste un modèle en termes de transition énergétique avec un cadre politique qui est favorable aux efforts de développement durable.

A noter que les investissements britanniques ont également diminué, passant de 12,3 milliards de dollars en 2013 à 4,6 milliards de dollars en 2014, . 

Le rapport relève également que les entreprises espagnoles sont " performantes ". Elles produisent moins d’émissions de carbone. La progression des investissements pour les réduire "est encourageante". Mais ce progrès "est susceptible de ralentir face à des contraintes budgétaires pour soutenir les programmes" durables.

Khadria Fouad-Djama