BFM Business

Pétrole: un record de production pour les Etats-Unis

La production de certains champs de pétrole aux Etats-Unis n'est rentable que pour un baril à plus de 80 dollars.

La production de certains champs de pétrole aux Etats-Unis n'est rentable que pour un baril à plus de 80 dollars. - -

Pour la première fois en 20 ans, la production américaine de pétrole a dépassé les importations, selon les statistiques d'octobre de l'Agence nationale de l'énergie. Une situation qui est liée à une chute de la consommation.

Ce n’était plus arrivé depuis février 1995. Pour la première fois en près de 20 ans, les Etats-Unis ont produit plus de pétrole qu’ils n’en ont importé au mois d’octobre, selon le rapport mensuel de l’Agence américaine d’information énergétique (EIA), publié mercredi 13 novembre.

La production de brut a atteint 7,7 millions de barils par jour sur le mois, au-dessus de la moyenne annuelle de 7,5 millions de barils, et l’un de ses plus hauts niveaux depuis 10 ans. Pour 2014, l’EIA prévoit une production moyenne de 8,5 millions de barils par jour.

Les importations, elles, étaient à leur plus bas niveau depuis février 1991. En octobre, elles ont atteint 7,58 millions de barils par jour. D’après l’EIA, les importations chutent continuellement depuis 2005 et le début du boom du pétrole de schiste.

Un prix élevé qui favorise l'exploitation

La production américaine est en effet dopée par les ressources non-conventionnelles de schiste. Selon l’Agence internationale de l’énergie, les Etats-Unis deviendront le premier producteur pétrolier au monde en 2015, et pourraient être indépendant énergétiquement pour 2035.

La présidence américaine s’est félicitée d’une "étape historique vers l’indépendance énergétique". Outre la hausse de la production, la consommation de pétrole a aussi diminué. La crise avait contribué à sensibiliser les Américains et le gouvernement a pris plusieurs mesures pour réduire la consommation d’essence des véhicules.

Mais attention, la hausse de la production et la baisse des importations ne peuvent se maintenir que si le prix du baril à New York reste au-delà de 80 dollars, préviennent les analystes. Dans le cas contraire, certains gisements deviendraient moins rentables que des importations. Les Etats-Unis retrouveraient alors du brut du Moyen-Orient dans leur réservoir.

A.D. avec AFP